AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
/! Non, ceci n'est pas une réouverture, juste un petit lifting pour le plaisir des yeux de ceux qui passeraient encore de temps en temps sur le forum !! On pense toujours à vous ♥️♥️♥️ /! (d'ailleurs si l'envie vous prend, rejoignez nous : Rise From the Ashes)

Partagez | .
 

 Leçon n°5 : Keep calm and... Try to keep calm first... feat. Jake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 374
Date d'inscription : 12/12/2013
Age : 21
Localisation : Quelque part normalement !






MessageSujet: Leçon n°5 : Keep calm and... Try to keep calm first... feat. Jake   Lun 22 Sep - 21:56


 Leçon n°5  

feat. Jake




Quel jour on était aujourd'hui ? Quelle heure ? Quelle minute ? Quelle seconde ? Je n'en avais pas la moindre idée. Et je ne voulais pas le savoir non plus. A chaque fois que je tentais le moindre calcul de temps, je ne pouvais m'empêcher de compter combien il s'était écoulé depuis ce soir là. Du coup je tentais de perdre la notion du temps pour éviter de penser à Jake et depuis combien de temps je ne lui avait pas adresser le moindre mot, le moindre sourire, le moindre regard. Le pire dans cette histoire c'était que j'évitais volontairement Jake et que ça me faisait mal au possible ! Il n'y avait pas une nuit où je m'endormais paisiblement sans regretter de ne pas pouvoir me blottir contre lui. Il n'y avait pas un matin où je me réveillais sans avoir envie d'entendre la voix fatiguée de Jake qui me souhaite bonjour...

Il fallait que je me ressaisisse au plus vite ! J'avais fait le choix d'éviter Jake jusqu'à ce qu'il vienne me voir ou m'envoie un message ou tente de m'appeler en me disant qu'il était désolé pour ce qu'il s'était passé la dernière fois au gymnase et qu'il promettait de ne plus jamais me mentir de la sorte. Enfin... Je ne lui rendait pas la tâche facile vu que je me dérobais à chaque fois qu'il s'approchait et que j'avais éteind mon portable pour être sûr de ne recevoir ni message ni appel de sa part. Mais qu'est ce que j'attendais alors ?

Comme la plupart des jours de la semaine, j'avais des cours à donner aujourd'hui. Chaque matin j'hésitai à quitter mon appartement de peur de croiser encore Jake dans les couloirs. De peur de ne pas réussir à l'éviter. Pourtant je ne pouvais pas me contenter de l'ignorer car, je savais qu'il suffisait qu'il passe à mes côtés ou croise mon regard pour que je cède. Or, je ne voulais pas céder. Pas maintenant et... Pas au lycée non plus. Si j'enchaînais mes cours sans laisser paraître mon mal aise, mes pensées n'arrêtaient pas d'aller et venir. Me fixer sur un sujet plus d'une minutes sans qu'il ne me ramène à Jake relevais de l'impossible. Aussi, j'étais bien heureux lorsque j'entendis la dernière sonnerie retentir.

Comme beaucoup de soir depuis que je suis professeur, je me eprmis de rester dans ma salle alors que tous mes élèves partaient. J'avais encore des copies à corriger et quelques notes à rédiger pour mes prochains cours. Puis, quand j'étais au lycée j'avais moins l'impression d'être seul... A l'appartement il m'étais impossible de travailler en ce moment. Il y avait bien trop de distraction autour de moi, bien trop de choses qui me donnaient envie d'être partout sauf chez moi. Je finis ainsi de corriger un premier pack de copies, je m'apprêtait à passer au suivant, mais je ne pouvais m'empêcher de me demander ce que faisait Jake en ce moment.

Non... Il ne fallait pas que je pense à Jake ! Je me penchais donc vers ma copies et... Et... Si Jake passait son temps à vouloir me voir ? Et si... Tout était de ma faute. Non, il n'y avait pas de "si". Tout éait de ma faute. C'était moi qui était rester à travailler trop tard, c'était moi qui n'avait jamais voulu voir la vérité, c'était moi qui avait baffé Jake, c'était moi qui avait agit comme un imbécile et... Et c'était moi qui continuait à agir bêtement en attendant des excuses. Je savais que j'étais coupable... Je ne faisais que de dire aux autre que ce n'était pas de ma faute mais si... C'était moi, je le savais ! Au fond de moi, je le savais et je m'en voulais à un point... A un point qui m'interdisait de voir Jake. En fait, je me punissais tout seul d'être été un imbécile.

Je soupirais longuement et releva ma tête de mon bureau pour enever mes lunettes et passer une main dans mes cheveux. C'était inutile que je continue, je savais que je ne pouvais plus me concentrer sur mon travail. Jake. Jake. Jake. Qu'est ce que tu m'avais fait gars ? Pourquoi je n'arrivais pas à te sortir de mon esprit, ne serait-ce qu'une seconde ? Ca me faisait tellement mal d'être loin de lui... Pourtant je ne pouvais m'empêcher de me dire que je l'avais mériter et que je ne devais pas imposer ma présence à Jake plus longtemps. Il avait sans doute mieux à faire que de se préoccuper d'un mec comme moi. Pourtant je voulais tellement le voir... Je voulais tellement qu'il me prenne dans ses bras et me dise le contraire.

Sans m'en rendre compte, je m'étais mis à pleurer et retenait tant bien que mal mes sanglots. Mais j'y étais habitué à présent, ce n'était pas la première fois que je pensais à Jake et regrettait le moindre de mes gestes jusqu'à en pleurer. D'ailleurs je me demandai comment je faisais pour ne pas avoir une tête de déprimé en permanance. A croire que j'aurais fait un très bon acteur. Mais je n'aurait jamais cru qu'un jour je tiendrai autant à une personne. J'avais passé toute ma vie seul et ce n'était que maintenant que je réalisais que je n'aimais pas être seul. J'avais l'impression que cette solitude ne faisait que me tuer un peu plus tous les jours. C'était aussi pour ça que j'avais arrêter de compter le temps qui passe.

Si seulement j'avais pu me comporter autrement l'autre soir dans le gymnase... Et si seulement j'avais pu me comporter autrement toute ma vie. En fait, je ne faisais que des mauvais choix, je m'éloignais de tous en me disant que j'étais un incomprit, que personne pouvait m'aimer. Mais c'était moi qui faisait en sorte de n'être ni compris ni aimer. Dans tous mes amis... Est-ce qu'il y en avait un seul pour qui je comptais vraiment ? Si je mourrais là, maintenant, tous de suite. Est-ce que quelqu'un me pleurait ?

D'ailleurs en parlant de pleurer, j'étais pathétique... Essuyant mes larmes, je tentais de me calmer en remettant mes lunettes et me réintéressant à mes copies. Je réussis à faire le vide assez longtemps dans mon esprit pour terminé tous ce que j'avais à faire sans aucune nouvelle pause. Je commençais alors à ranger mes affaires en me retenant de fondre ne larmes et de tous laisser en plan là pour aller courir jusque chez Jake, lui sauter dans les bras et le supplier de me pardonner. Il fallait que je reste calme, digne. Il ne fallait pas que je craque. Pas maintenant. Pas maintenant...

Une fois mes affaires rangées, je sortie de ma salle et me rendit compte qu'il faisait nuit dehors. Ah oui, c'était le truc pas cool quand on arrêtait de compter le temps ça. Je ne savais absolument pas quelle heure il était. Mais il devait être assez tard vu que lorsque je m'approchait de la sortie, cette dernière était fermée. Et mince... Je fit donc demi-tour et testait quelques autres portes. Tout était fermé. C'est marrant la dernière fois que j'avais été enfermé c'était... C'était avec Jake dans une salle de classe...

Mes mains s'étaient mis à trembler. J'avais l'aur bien bête, seul, enfermé dans le lycée, mais j'avais aussi peur. Je ne savais pas d'où ça me venais, mais ces derniers temps, un rien m'affolait. Je me mis donc à regarder autour de moi. A part des casiers, il n'y avait rien. Enfin, je n'étais peut-être pas le seul prof encore ici. J'envisageais donc d'aller faire le tour du lycée quand j'entendis des pas résonner. Oh ! Quelqu'un ! Miracle ! Je n'étais pas seul. Un petit sourire s'afficha sur mon visage en attendant de voir qui était la personne qui arrivait et lorsque j'aperçu cette dernière, je cru qu emon coeur allait s'arrêter. Jake.

Une partie de moi me hurlait de partir le plus loin possible de lui et une autre partie me disait de courir vers lui et de me jeter dans ses bras. Cette dernière partie commençait d'ailleurs à prendre le dessus sur la première mais... Je tentais de ne pas craquer. Je retenais temps bien que mal mes sanglots et serrait mes poings pour ne pas que Jake me vois trembler. Je ne savais pas quoi faire c'était affreux. Mon coeur battait comme un fou et j'avais beaucoup de mal à respirer.

- Jake... ?

J'avais laisser échapper son nom d'une petite voix, si petite qu'on aurait pu croire qu'il s'agissait d'un gamin effrayer qui parlait. Il ne fallait pas que Jake pense que j'étais mal ! Il fallait que je lui montre que tout allait bien ! Je repris donc la paroles sur un ton que j'espérais plus convainquant.

- Oh ! Jake, c'est toi... Je... J'ai tester toutes les portes, rien n'est ouvert.




_______________________________


“Qu’il sache que l’homme est naturellement bon, qu’il le sente, qu’il juge de son prochain par lui-même ; mais qu’il voie comment la société déprave et pervertit les hommes ; qu’il trouve dans leurs préjugés la source de tous leurs vices ; qu’il soit porté à estimer chaque individu, mais qu’il méprise la multitude ; qu’il voie que tous les hommes portent à peu près le même masque, mais qu’il sache aussi qu’il y a des visages plus beaux que le masque qui les couvre” Rousseau - BANGERZ