AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
/! Non, ceci n'est pas une réouverture, juste un petit lifting pour le plaisir des yeux de ceux qui passeraient encore de temps en temps sur le forum !! On pense toujours à vous ♥️♥️♥️ /! (d'ailleurs si l'envie vous prend, rejoignez nous : Rise From the Ashes)

Partagez | .
 

 Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 64
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 24
Localisation : Dublin






MessageSujet: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Mar 4 Nov - 19:08

Elisabeth & Victoria
Red hair, and pâtisserie


La journée avait été assez ennuyante au final, le temps déprimant. La scéance de sport plus tôt avait eut raison du peu de conviction qu'il me restait à ne pas craquer derrière une bonne glace.
Mes pas me dirigèrent comme d'habitudes au Sweet Paradise. J'étais au moins sûre de retrouver ma bonne humeur. Qu'est-ce qui pouvait être meilleur qu'une bonne pâtisserie comme j'en mangeais à Dublin? Hmmm.. Rien! Très certainement. Ces glaces me rappelaient celles que ma mère nous préparait petites à Dublin.

Le mélange de nostalgie et de douceur que me procurait ce moment était sûrement la vraie seule pause que je m'autorisais entre la chasse et les cours de sport que j'assistais.

Le confort de la salle et la musique du jukebox s'accordait parfaitement au cadre. Je posa mes affaires sur une banquette dans un coin, et partis commander au comptoir.
"Bonjour, comment allez vous? Pour moi ce sera , une religieuse et si tu veux bien me rajouter un peu de chantilly avec n'hésite pas!! Comme d'habitude!", m'exclamais-je tout sourir. Puis au moment de sortir mon argent, Eirin interrompit. " C'est pour Elisabeth. Elle a insisté. Tu la remercieras. Elle est assise à l'opposé de la où tu t'es installé. Ca te fera un peu de compagnie", me sourit-elle.

Je pris ma pâtisserie, et en jetant un coup d'oeil à la salle, je la vis. Je l'avais sûrement déjà croisé, comme pour moi, ce sont ses cheveux aussi flamboyant que les miens que j'avais remarqué. Mais quand elle me rendit mon regard en coin, c'est son sourire qu'y m'arrêta cette fois. Je n'étais plus très doué pour parler aux gens. En dehors de mes cours de sport, encore une fois, je n'adressais pas souvent la parole. Et pour le coup je ne savais pas trop comment m'y prendre.
Je récupéra mon sac, et le posa en face d'elle. "Je peux?" osais-je lui demander. "Merci.. je veux dire, pour la glace. C'est gentil, tu es..?"

Je m'assis, je sentais déjà mes joues commencer à s'empourprer légèrement pour l'ironie de la situation dans laquelle je venais de me fourrer.

Codes par Wild Hunger.


Dernière édition par Victoria Blake le Jeu 6 Nov - 6:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 99
Date d'inscription : 19/10/2014






MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Mer 5 Nov - 17:09


Red hair and Pâtisseries.
The cold never bothered me anyway !




Aujourd'hui, c'était le service de nuit pour Elisabeth. Commencer à travailler à 20h pour finir à 4h du matin, ça avait ses avantages. La rousse put organiser sa journée comme elle l'entendait. Dormir jusqu'à midi, traînasser devant la télé, nettoyer la maison, faire une machine, repasser son linge, appeler sa famille en Angleterre et remplir ses comptes-rendus. L'habitude aidant, elle avait encore quelques heures à tuer avant d'aller au boulot alors elle succomba à son pêché mignon et partir au Sweet Paradise pour aller manger une pâtisserie maison.
En entrant, Lisa salua Eirin au comptoir et lui commanda un éclair au chocolat.

Salut ma belle ! Comment ça va aujourd'hui ? Les clients ont l'air d'être au rendez-vous en tout cas...

Salut ! Bah tu sais que du moment qu'il a des clients, j'ai pas à me plaindre !

En parlant de clients, tu te rappelles la belle rousse qui vient régulièrement ici ? Sa prochaine conso, c'est moi qui lui offre ok ? lui dit-elle avec un clin d'oeil appuyé.

Ca marche ! Tu prends la même chose que d'habitude sinon ?

Elisabeth hocha la tête et s'installa à une table en attendant d'être servie. Elle sortit alors son téléphone de son petit sac à main et envoya quelques sms à Ace pour lui demander de ses nouvelles. D'ailleurs, elle lui avait trouvé une proposition de job en or, lui qui galérait à se trouver un boulot fixe. Même si le connaissant, la rouquine savait qu'elle perdait son temps. Cet individu avait trop de mal à s'impliquer totalement dans un boulot pour le conserver !
Eirin la rappela à la réalité en lui annonçant que sa commande était prête. Elle régla la note et partit à sa place pour déguster sa commande. D'un geste mécanique, elle regarda l'heure. Si elle ne se trompait pas, sa cible devrait bientôt arriver ! En attendant, elle dégusta lentement son dessert en se laissant bercer par la musique d'ambiance qui s'échappait du jukebox.


Voilà justement que la magnifique rousse pour laquelle elle avait saigné son porte-monnaie arriva. Elle s'installa dans un coin de la salle non loin de la place d'Elisabeth. Elle adressa un rapide clin d'oeil à Eirin puis elle attrapa ses affaires et les déplaca jusqu'à la chaise en face de celle de la nouvelle arrivante. La chirurgienne regarda la scène d'un air amusé et lorsque la jeune femme croisa son regard, elle lui adressa un sourire entendu.
La jeune femme s'installa en face d'elle en lui demandant la permission, chose qu'Elisabeth ne lui refusa pas bien entendu. Cette dernière ressentait que sa proie était mal à l'aise et entreprit donc de détendre un peu l'ambiance.


De rien, c'est offert de bon coeur ! Je m'appelle Elisabeth mais tu peux m'appeler Lisa, tout le monde m'appelle Lisa ! Par contre, je n'ai pas encore la chance de connaître ton prénom ! Tu t'appelles ?

Lisa attendit alors que la jeune femme puisse se présenter avant de poursuivre.

Enchantée, Victoria ! J'ai l'impression que tu te demandes pourquoi une parfaite inconnue t'offre une pâtisserie hein ? Ca fait quelques temps que je te vois commander ici alors je me suis dit : "Pourquoi ne pas faire connaissance avec elle ? Une personne qui aime les religieuses est forcément une bonne personne !" Voilà toute l'histoire ! Je te promets que je ne te ferais aucun mal, tu peux me croire ! plaisanta-t-elle.

Tu fais quoi de beau dans la vie à part manger des pâtisseries Victoria ?
(c) AMIANTE




Dernière édition par Elisabeth Reals le Mar 11 Nov - 21:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 64
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 24
Localisation : Dublin






MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Mer 5 Nov - 19:15

Elisabeth & Victoria
Red hair, and pâtisseries


Je l'écouta curieusement faire son monologue. Sa bonne humeur était flagrante comme si elle était fière d'elle. Ce qui du me faire sourire car elle en sourit de plus belle.

"Tu n'aurais pas du mais c'est gentil. Je suis actuellement prof de sport, enfin assistant. Mais j'y travail. C'est ma seule passion à vrai dire. Enfin, ça et manger des glaces, et aussi écouter de la musique. Enfin, je suppose que c'est comme tout le monde..hm euh.. désolé, c'est un brin embarrassant comme situation, je ne parle pas souvent à des gens que je ne connais pas, donc autant dire qu'ici je ne parle quasiment pas, haha.."

Quelle maladroite, je venais de me ridiculiser. Sans un doute. Mettez moi un couteau dans les mains, que j'vous tuerais tout ce qu'il y a autour sans ciller, mais une belle rousse et une pâtisserie  et pouf, je bafouille. "Génial" soufflais-je intérieurement en baissant les yeux sur la raison de ma venue. Peut être qu'un peu de mon gâteau me calmera les esprits. Et j'entama la religieuse de ma petite cuillère silencieusement cette fois.

Les saveurs se mélangèrent dans ma bouche et je ne pu m'empêcher de laisser un petit sourire de satisfaction sortir de ma bouche. Je relevais les yeux sur ma voisine d'en face qui me regardait manger mon dessert. Son regard était doux, comme la pâtisserie que je mangeais. Elle respirait la gentille, et créait chez moi une certaine curiosité. Je me demandai où j'avais bien pu la rencontrer auparavant. Ce qu'elle fesait. Je me décida à reprendre la parole donc, histoire de rattraper ma petite honte précédente. Je devais faire attention à l'image que les gens avaient de moi dans cette ville. Je n'avais pas vraiment créer de liens en deux ans, et il était peut être temps pour moi de corriger ça.

"Et sinon tu t'appelles donc Elisabeth, que fais-tu dans la vie? J'ai la vague impression de t'avoir déjà croisé mais je n'arrive pas à mettre le doigts sur ce souvenir. Tu fais quoi dans la vie? Tu viens ici souvent non ?"

Je la bousculais de questions, mais ça n'avait aucunement l'air de la déranger, elle paraissait toujours aussi ravit.

Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 99
Date d'inscription : 19/10/2014






MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Mar 11 Nov - 22:41


Red hair and Pâtisseries.
The cold never bothered me anyway !




Pour le moment, son petit manège se déroulait comme prévu. Elle avait pu approcher la rousse et entamer la conversation. Elle avait déjà appris son nom et Victoria ne l'avait pas encore envoyé balader. C'était une bonne soirée qui commençait même si elle n'aurait pas la nuit devant elle. Le travail avant tout... Elle avait encore deux heures pour faire craquer la rousse alors autant utiliser son temps de façon judicieuse. C'est ainsi qu'elle lui posa quelques questions pour en apprendre plus sur elle. Victoria était professeur de sport, ce qui expliquait son corps élancé qui mettait en valeur ses formes. Elisabeth baissa la tête et prit une nouvelle cuillère de son plat pour s'empêcher de reluquer la demoiselle. Mieux valait éviter de se faire prendre en flagrant délit de voyeurisme maintenant. Victoria lui avoua qu'elle aimait beaucoup manger des glaces, un fabuleux point commun tiens. Elle s'imaginait déjà une soirée entre filles à regarder un film en mangeant de la glace...
Néanmoins, Victoria lui avoua qu'elle était un peu mal à l'aise et qu'elle avait pas vraiment l'habitude de parler avec des gens. La chirurgienne lui prit la main pour la rassurer.


Comme je t'ai dit, je vais pas te manger et puis, j'adore manger des glaces moi aussi, ça nous fait déjà un point commun ! Puis pour la religieuse, je t'ai déjà dit que c'était offert de bon coeur ! s'exclama-t-elle.

Elle retira sa main puis coupa un autre morceau d'éclair au chocolat tout en buvant un peu d'eau. Les pâtisseries d'Eirin étaient vraiment les meilleures de la ville. Dommage qu'elle ne sache pas faire les glaces... C'était la seule chose qui manquait à cet endroit pour qu'il soit parfait aux yeux de la jeune interne. Lisa fit alors une pause et regarda Victoria manger sa religieuse en prenant un plaisir non dissimulée. Elle lui adressa un sourire lorsque la professeur d'EPS la regarda. Elisabeth lui proposa un peu d'eau tandis que l'autre jeune femme lui demanda ce qu'elle faisait dans la vie et où elles avaient déjà pu se croiser.
La chirurgienne finit son verre avant de répondre aux questions.


Je suis chirurgienne interne à l'hôpital de Beacon Hills. Mon métier c'est de sauver des vies... C'est pas toujours évident et on a pas tellement de temps pour soi mais les joies du métier font rapidement oublier les inconvénients ! Elle fit une courte pause en lui adressant un bref clin d'oeil. Je pense que tu as déjà dû me croiser ici, je viens souvent. J'ai été l'une des premières clientes d'Eirin, d'ailleurs.

Lisa avala d'une bouchée le reste de son éclair et s'essuya la bouche avec le coin de sa serviette. Elle se resservit alors de l'eau et en proposa à Victoria en même temps. Le chocolat c'est bon mais qu'est-ce que ça peut donner soif ! Elle remarqua alors que l'endroit était bien silencieux. En effet, la musique du Jukebox était terminée depuis quelques minutes maintenant.

Ca te dérange si je me lève deux secondes pour mettre une musique sur le Jukebox ? Y en a une qui me plait particulièrement... C'est "Don't stop me now" de Queen ! Tu connais ? Sinon, viens avec moi et choisis un titre !

Elle se leva et se dirigea alors vers la machine en l'invitant à la rejoindre. Elle lui montra la liste des titres en attendant sa réponse puis elle l'invita à choisir la chanson qu'elle voulait écouter. D'une main, elle lui montra la petite place de libre dans le coffee shop.

M'accorderas-tu cette danse ? demanda-t-elle avec un ton amusé.
(c) AMIANTE



_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 64
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 24
Localisation : Dublin






MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Mar 11 Nov - 23:32

Elisabeth & Victoria
Red hair, and pâtisseries


J'avais quasiment finis de manger mon dessert quand Elisabeth me parlait de son métier qui à l'entendre parler, la passionnait.  Chirurgienne, voilà qui était très intéressant. Avec la chasse j'avais souvent été amener à me blesser, mais la quasi totalité de mes blessures avaient finis sans soins, et trop souvent avec des belles cicatrices boursouflées. Ce n'était pas souvent évident d'expliquer pourquoi on avait une griffure qui vous traversait le dos de l'épaule à la hanche. Et généralement, les questions allaient trop loin pour pouvoir obtenir des réponses "logiques" ou normales. Un chirurgien dans ses connaissances ne pouvait être que bénéfique sur ce point là.

"C'est génial de sauver des vies, tu dois être une fille bien", glissais-je. Pour la rousse en face de moi ça ne signifiait peut être pas grand chose. Pour moi c'était comme une approbation faite à moi même.

Puis Elisabeth se leva toute joyeuse "Ca te dérange si je me lève deux secondes pour mettre une musique sur le Jukebox ? Y en a une qui me plait particulièrement... C'est "Don't stop me now" de Queen ! Tu connais ? Sinon, viens avec moi et choisis un titre !"

"Oh tu sais j'aime bien tout, surtout le rock donc Queen ca me va bien !" Et je l'accompagnais au Jukebox qu'elle alluma sur la dite chanson.

Les premières notes s'élevèrent et je rigola. Elisabeth avait l'air tellement heureuse, et gaie à chaques instant que je ne pouvais me retenir de sourire. Je me sentais vraiment à l'aise en sa compagnie. Jusqu'au moment où elle m'invita au milieu du bar pour danser. "M'accorderas-tu cette danse ?"

Mon monde s'écroula et je sentis le rouge me monter au joue.
"Je.. je ne sais pas danser.. Je n'ai jamais danser avec personne."

Pourtant je lui tendis une main hésitante. Elle m'attira au centre de du bar, le yeux droit dans les miens. Je ne savais absolument pas quoi faire de mes pieds, ni du haut de mon corps. Comment bouger. Je la regardais pour prendre exemple. Elle semblait vivre la musique, même l'air autour d'elle semblait danser. C'était un beau spectacle.

"Tu sembles flotter quand tu danses, c'est vraiment génial ! Je préfères te regarder que de danser" rigolais-je

Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 99
Date d'inscription : 19/10/2014






MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Jeu 13 Nov - 16:37


Red hair and Pâtisseries.
The cold never bothered me anyway !




Tandis qu'Elisabeth se dirigeait vers le Jukebox, elle sentit le regard complice d'Eirin se poser sur elle quelques instants, ce qui fit naître un mince sourire sur le visage de la rouquine. Victoria la suivit de bon coeur et accepta même d'écouter "Don't stop me now" de Queen. Un bon vieux rock... Avec empressement, la jeune interne lança la musique et les premières notes résonnèrent peu de temps après dans le bar. Comme à chaque fois qu'elle écoutait cette musique, elle ne pouvait s'empêcher de danser et tout en commençant à se balancer sur place, elle demanda à la professeur de sport de venir danser sur la piste. Elle ne put s'empêcher de rire quand elle vit le visage de Victoria se teinter de rouge. Néanmoins, la rouquine lui tendait la main certes incertaine mais elle avait tout de même confiance.

Elle attrapa la main de la jeune femme et l'attira alors vers le centre de la piste où elle se mit à danser au rythme de la musique. Lisa se focalisa sur sa proie durant sa danse mais elle ne semblait pas du tout à l'aise. Elle cherchait comment bouger mais ses gestes étaient incertains ce qui détruisait tout le charme. Elle tenta néanmoins de la faire danser mais la chasseuse semblait ne pas être très motivée, finissant par avouer qu'elle préférait la regarder que de vraiment danser avec elle. Un sourire espiègle se dessina sur les lèvres de la chirurgienne qui se tourna alors vers elle, finissant son mouvement.


Tu crois vraiment que tu vas pouvoir t'échapper aussi facilement ?Allez viens !

La jeune femme saisit les mains de la jeune femme et se mit à danser avec elle. La danse rock était pas la plus difficile et il suffisait de connaître les mouvements de base pour se laisser guider par l'autre. Victoria s'en sortait pas trop mal en plus. Elisabeth faisait tourner Victoria autour d'elle puis la ramena soudainement vers elle. Un petit rire s'échappa des lèvres de la chirurgienne qui repoussa doucement la professeur de sport avant de la refaire danser et de tourner à son tour. Une petite danse, rien de mieux pour séduire une belle demoiselle. Ce furent trois minutes assez agréables pour Elisabeth qui ne put s'empêcher d'attirer vers elle la jeune femme à nouveau à la fin de la chanson. Sauf que cette fois-ci, elle ne repoussa l'autre rousse mais posa une main sur sa taille, attrapa son autre main et la fit basculer en arrière quelques secondes comme apothéose. Elle fit remonter ensuite Victoria qui se retrouva avec son visage à seulement quelques centimètres de celui d'Elisabeth.
Instinctivement, l'interne leva sa main droite pour dégager les mèches de cheveux qui cachait le visage de la demoiselle, laissa sa main glisser sur le visage de sa proie puis rapprocha ses lèvres jusqu'à toucher délicatement celles de Victoria. Elle y déposa un rapide baiser avant de reculer et de rire à nouveau.

Maintenant c'était l'instant de vérité. Soit Elisabeth se prenait une claque, soit Victoria prenait ça comme une plaisanterie et rigolait à son tour ou soit elle allait rester plantée sur place à se demander ce qui venait de se passer. Ou si Elisabeth avait beaucoup de chance, elle avait réussi à séduire la professeur de sport et cette dernière se jetterait sur elle, ce qui serait juste hautement improbable.
Comment allait-elle réagir maintenant ?
(c) AMIANTE



_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 64
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 24
Localisation : Dublin






MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Sam 15 Nov - 17:35

Elisabeth & Victoria
Red hair, and pâtisseries


J'étais abasourdis! Elisabeth me faisait danser. Je tournais dans tout les sens, en rythme parfait avec la musique. Si ce n'était avec elle, je ne m'en serais jamais cru capable. Mais c'était magique. Il n'y avait qu'elle est moi sur terre à ce moment là. Nos pieds rythmaient avec la musique, nous rigolions, tournions encore et encore. Je ne m'étais pas amusé autant depuis longtemps. Et j'aimais vraiment ça. J'avais l'impression de retourner au lycée, à l'époque où je me sentais encore en vie. Où j'avais des amis, et une vie normale.

Elle me serra une fois près d'elle, puis me relança en arrière, j'en rigola bruyamment. Mes joues s’empourprèrent. Quel exercice, moi qui était assistante prof de sport, une danse me donnait le souffle court.

Puis d'un coup elle me fit basculer en arrière, je ne pus retenir un "wow" ! En me remontant, je me retrouva soudain serrer près d'elle, je sentais son cœur battre à la chamade, comme le mien. Elle porta une main à la mèche qui barrait mon visage, et la dégagea lentement, pour finir par caresser mon visage.

Je ne respirais plus. L'air autour de moi était suspendu. Elle s'approcha encore, et mes yeux se fermèrent. Je sentis ses lèvres se poser sur les miennes. Quelque chose me pinça le cœur, et je sentis la chaleur me monter aux joues.

Elle s'écarta et se mis à rigoler. J'ouvra les yeux incrédule.
Étais-ce mon visage qui la faisait rire comme ça? J'avais l'impression qu'elle venait d'écraser la chasseuse en moi. Où était passer ma force de frappe. Je ne bougeais plus et rester là à la regarder. Mes pensées avaient été comme aspirer.

"C'était mon premier baiser." Et je porta ma main sur mes lèvres.

Je vis Elisabeth me regarder avec de grands yeux, comme si je venais de dire la chose la plus folle du monde.

"Ne rigole pas mais... je n'ai jamais fréquenté personne. C'est vrai. Mes activités ne m'ont jamais laisser le temps de penser à ça."

Je baissai la tête. Il est vrai que je n'avais jamais penser à embrasser quelqu'un ou me faire embrasser. On m'avait déjà draguer, mais ça c'était arrêter là. Personne n'avait été aussi loin. Mais le plus dingue c'était que j'avais aimé ça. Je le sentais. Mon cœur battait encore à la chamade. Mes yeux se posèrent instinctivement sur ses lèvres, et étrangement j'avais envie de recommencer. Sortis alors une phrase de ma bouche que je n'aurais jamais cru prononcer un jour, pourtant je la pensais car je savais que je l'a regardais avec une intensité nouvelle.

"Peux-tu recommencer ..."

Codes par Wild Hunger.


et bim tu t'attendais pas à ca hein xD

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 99
Date d'inscription : 19/10/2014






MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Mer 19 Nov - 0:29


Red hair and Pâtisseries.
The cold never bothered me anyway !




Un baiser... Elle avait osé comme ça, sans vraiment y réfléchir, voir le visage de la rousse si près du sien... Elle n'avait tout simplement pas pu résister. Après ce chaste petit baiser, elle avait reculé de quelques pas et rigoler. Pourquoi ? Pas du tout par moquerie mais c'était un rire amusée, comme si elle venait de faire un truc interdit juste pour le fun. Elle attendait tout simplement la réponse de la prof de sport qui n'allait pas tarder à se faire connaître. Victoria semblait complètement stupéfaite et figée sur place. Un sourire amusé et un peu moqueur apparut alors sur le visage de la chirurgienne. C'était vraisemblablement la première fois qu'elle embrassait une femme. Même Lisa était restée quelques secondes scotchée sur place lors de son premier baiser avant de bondir sur sa colocataire !
Elisabeth fit un pas vers sa proie qui restait toujours stoïque et perdue. En la regardant, l'interne était à moitié en train de rire. Néanmoins, elle continua à avancer vers elle jusqu'au moment où la chasseuse lui avoua qu'elle venait d'avoir son premier baiser.

Un petit rire s'échappa d'Elisabeth qui lui jeta un regard surpris mêlé à l'amusement toujours plus grandissant. Victoria n'avait jamais vraiment eu de relations dans sa vie, par manque de temps d'après elle... Mais qu'avait-elle fait de ses années de lycée ? Puis la fac ? Non mais sérieusement, cette excuse n'était pas du tout valable. Faudrait trouver un peu mieux que ça Victoria !
Cette dernière avait baissé la tête, en pleine réflexion sur ce qui venait de se passer. Les choses étaient en train de reprendre place dans son esprit. Comment allait-elle réagir maintenant ? Les deux rousses n'étaient maintenant plus qu'à trois ou quatre pas l'une de l'autre. La professeur de sport la regarda quelques instants et finit par lui demander de recommencer. Un grand sourire satisfait apparut sur le visage de la demoiselle. Cette dernière fit un grand pas vers l'autre rousse, posa sa main droite contre sa joue, l'autre contre sa taille et l'embrassa avec plus de vigueur que tout à l'heure.

Un petit bisou c'est bien beau mais un vrai baiser était bien plus stimulant. Ce second baiser se transforma en plusieurs longs baisers plus ou moins langoureux échangés entre les deux femmes. Après plusieurs minutes de flottement, Elisabeth rompit le contact et recula son visage de quelques centimètres, rouvrant des yeux brillants en lui adressant un sourire charmeur.


Je crois que je me suis quelque peu laissée emporter... En espérant que cela ne t'ait pas été désagréable ! Surtout pour une première fois ! plaisanta-t-elle.

Puis elle libéra la jeune femme de son emprise et recula de quelques pas avec un grand sourire. Inutile de dire que la jeune femme était aux anges et que ces quelques baisers avaient éveillé en elle un désir plus ardant que des baisers ne pourraient pas apaiser. Mais mieux valait ne pas se précipiter, manquerait plus que la rouquine prenne peur. Se rendant alors compte qu'elles se trouvaient encore au milieu de la piste, Lisa attrapa la main de la demoiselle et la ramena à sa place. En s'installant à sa place, elle se servit alors un verre d'eau et en proposa un à sa nouvelle conquête.


Je sais pas ce que tu en penses mais je trouve que la température a augmenté depuis tout à l'heure ? Je te sers un verre ? proposa-t-elle en lui montrant la carafe d'eau.
(c) AMIANTE



_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 64
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 24
Localisation : Dublin






MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Dim 23 Nov - 14:53

Elisabeth & Victoria
Red hair, and pâtisseries


J'avais la tête qui tournait. Ce second baiser était encore plus intense et encore plus agréable. J'avais chaud, mon poux battait à fond et je sentais celui de la rousse battre à tout rompre aussi. J'avais lu un jour quelque chose au sujet des endorphines que le cerveau libérait dans ce genre de situation. J'avais d'ailleurs trouvé ça ridicule, comment pouvait-on par un contact physique se sentir léger et heureux.

Je comprenais maintenant. Il est vrai que le contact était agréable, et fusionnel. Comme-ci les corps répondait parfaitement l'un à l'autre.
Elisabeth rompit le charme et m'entraîna à notre table.

"Je crois que je me suis quelque peu laissée emporter... En espérant que cela ne t'ait pas été désagréable ! Surtout pour une première fois !"

Je lui fis signe de la tête que non.

"Je sais pas ce que tu en penses mais je trouve que la température a augmenté depuis tout à l'heure ? Je te sers un verre ?"

"Avec plaisir", soufflais-je.

Mon esprit se reconnectait peut à peut à mesure que l'eau fraîche descendait le long de ma gorge. Je m'autorisa à lui poser une question.

"Embrasses-tu souvent des gens que tu viens de rencontrer?"

Après que celle-ci traversa ma bouche, elle me parut étrangère. Je n'avais jamais agis comme ça jusqu'à présent.

Mon téléphone sonna. Je venais de recevoir un sms d'alerte. Un programme qui signifiait qu'une proie avait mis une patte dans mon piège.

Je releva les yeux plus grave cette fois.

"Excuse-moi je viens de recevoir un message important, je dois m'enfuir. On se revoit un de ces quatres?"

Je pris mon sac et ma veste et fila à travers le bar à toute allure.
Je grimpa dans ma voiture, et alluma le moteur aussi sec.
Celui-ci cracha.

30 minutes plus tard j'étais sur les lieux. Le piège qui avait sonné, était fermer avec une branche d'arbre. Je me sentis soudain encerclé, et très stupide. J'avais été tellement distraite plus tôt  que je n'avais pris aucune arme à par mon Colt qui ne me quittait jamais. Mais il contenait que 6 balles.
J'entrepris de reculer prudemment jusqu'au pick-up.
Je sortis mon Colt de mon sac, et l'arma. Je scrutais les horizons.
Un rugissement grave et gutturale se fit entendre sur mon côté gauche. Je me tourna aussi sec.
Rien.
Un pas, deux pas, trois, je continuais comme ça. Tout en douceur. Déviant ma trajectoire selon les bruits. Puis un hurlement strident sortis de ma bouche. Je ne voyais plus rien. Tout était noir, des étoiles dansaient dans mes yeux. La douleur était tellement puissante. J'avais l'impression que ma jambe avait été broyer. "Non du chien!" Je tomba, un pied coller au sol, le mollet droit. Quand j'ouvris enfin les yeux sur la source de ma douleur, je remarqua un piège. Des dents de fer me lacérant la jambe de toute part.

J'avais trop relâcher mon attention, ils m'avaient guider dans mes propres pièges. Épuisée, je tomba, l'esprit inconscient. Quand j'ouvra les yeux, il faisait quasiment nuit noire. Le froid me rongeait. La douleur était toujours autant insupportable.

Mon téléphone. Je devais trouver mon téléphone et désactiver le piège. Il était à quelques centimètres que moi. Bouger dans sa direction réveilla la douleur de plus belle. Un gémissement sortis de ma bouche, encore. Quand je réussis enfin ma manœuvre, je sentis les dents de l'instrument de torture se desserrer. Je pris les deux côtés du piège et les écarta un peu plus pour libérer mon mollet en sang.

"raaaaah, pourriture de piège."

J'étais congeler. Mais la forêt était silencieuse. Comme si les créatures avaient jugée ce châtiment suffisant. Elles étaient parties.
Je rampa à moitié jusqu'au pick-up, et réussis à rentrer dedans avec peine. Je m'assis sur le siège du conducteur et recula le siège. Je devais examiner la plaie. Je souleva le jeans. Mes protèges tibias avaient limité le traumatisme. Mon mollet était ouvert et en sang mais, des sutures suffiraient. L'os n'était pas touché. Heureusement.
Mais je devais aller à l'hôpital. A ce mot, apparu la belle rousse dans mon esprit.

Je demarra tant bien que mal, et me rendit au service des urgences de nuit. Je m'appuyais sur chaque mur de celui-ci jusqu'à arriver à la réception. La secrétaire ouvra grand la bouche en me voyant et la couvrit de ses mains.

"Mon dieu que..."

"Pouvez-vous appeler le Docteur Elisabeth..." la coupais-je

Et celle-ci pianota instinctivement sur son téléphone. La tête me tournait, je n'avais plus de force, je glissa au sol, abandonnant tout efforts.
 
Codes par Wild Hunger.



_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 99
Date d'inscription : 19/10/2014






MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Lun 24 Nov - 19:47


Red hair and Pâtisseries.
The cold never bothered me anyway !




Ce second baiser était encore plus enivrant que le précédent et la demoiselle s'était laissée quelque peu emportée. Les joues légèrement rougies, un sourire un peu niais. Elle avait presque envie de plus qu'un simple baiser mais vu l'heure qu'il était, cela n'était pas du tout raisonnable. Dans 45 minutes, elle devait être à son poste à l'hôpital. Lisa avait donc préféré reprendre sa place et calmer un peu le jeu. Un verre d'eau plus tard, les deux jeunes femmes se regardèrent, cherchant à dire une phrase intelligente après ce qui venait de se passer. Qu'est-ce qui était en train de lui arriver ? Ce n'était pas la première fois qu'elle embrassait une fille non ? Pourquoi en cet instant, elle se sentait incapable de dire quelque chose ?

Ce fut Victoria qui brisa alors le silence en lui posant une question. La question que toute femme se devait de poser à cet instant. "Est-ce que cela t'arrive souvent d'embrasser une inconnue ?" Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de la demoiselle.

Seulement les jolies filles ! Pour le reste, il me faut plusieurs verres !

Elle lui adressa un clin d'oeil et se mit à rire. Au même moment, Victoria sortit son téléphone de son sac. D'après elle, c'était un sms important et elle se devait de partir. Bien sûr, elle s'excusa et lui proposa de la revoir un autre jour mais c'était sans compter la franchise d'Elisabeth qui ne put s'empêcher de dire.

Ouais bien sûr... Et tu comptes faire ça comment si tu n'as aucun moyen de me joindre ? demanda-t-elle d'un ton un peu agressif.

Mais la professeur de sport ne releva pas la pique, ne l'ayant même pas entendu et elle partit précipitamment. Visiblement déçue, la rousse finit son verre, rangea ses affaires, alla payer la note au comptoir. Eirin se moqua d'elle gentiment, en lui disant qu'elle aurait plus de chance une prochaine fois ce à quoi Lisa lui tira la langue. Néanmoins, la chirurgienne lui promit de revenir bientôt et que les deux demoiselles devraient s'organiser bientôt une soirée entre filles. La docteur reprit alors sa voiture et se dirigea à l'hôpital. Direction les vestiaires pour se changer, attacher ses cheveux en queue de cheval et enfiler la blouse blanche.

Tout d'abord, elle devait le tour des patients dont elle avait la charge. L'homme qui était venu pour son problème d'appendicite semblait pratiquement remis de son opération de la veille, malgré les complications qu'il y avait eu sur la table. C'était déjà une bonne nouvelle. Puis les autres patients étaient encore en phase de rétablissement. Le dernier de la liste semblait avoir fait une rechute et nécessitait une nouvelle intervention programmée pour le lendemain matin. Heureusement, ce n'était pas elle qui était chargée de l'opération. Demain, elle pourrait dormir à son aise !
Son bipeur sonna alors, lui demandant de se rendre dans le hall des urgences.
Elle s'exécuta immédiatement et fut pour le moins surprise par ce qu'elle pouvait voir. Victoria était revenue à l'hôpital, la jambe profondément entaillée. Le sang coulait à flots de la plaie, l'artère fémorale devait certainement être sectionnée. C'était déjà une chance qu'elle ait pu arriver ici sans perdre connaissance.
Elle se jeta alors sur sa nouvelle patiente et lança quelques ordres.


Préparez un brancard et une salle d'opération vite ! Elle se tourna alors vers Victoria. Victoria, je suis là ! Je vais m'occuper de toi, ne t'inquiète pas ! Je te laisserai pas tomber ! Par contre, je vais devoir fouiller dans tes affaires, il me faut ta carte de donneur.

Elle attrapa alors le sac de la demoiselle et entreprit de trouver ses papiers. Quel fut son étonnement lorsqu'elle trouva un Colt à l'intérieur du sac... Pour le moment, elle n'avait pas le temps de se poser des questions. Elle prit son porte-feuille et attrapa la carte de donneur.

Il me faut deux poches de A-, tout de suite, elle perd beaucoup de sang !

Elle se pencha alors sur la blessure. Cette dernière était beaucoup trop profonde et localisée pour être un simple accident. De plus, elle pouvait facilement discerner les dents d'un piège à loup. Une arme à feu et un piège à loup... Mais qu'est-ce que ça pouvait bien vouloir dire ? Faisait-elle de la chasse à ses heures perdues ? Cela n'expliquait pas pourquoi elle avait du partir si précipitamment.
Le moment n'était pas aux questions ! Le brancard arriva enfin et les brancardiers la hissèrent sur le lit à roulettes. Lisa lui fit alors une perfusion pour l'alimenter en sang.
Elle l'emmena alors au bloc immédiatement et entreprit de se changer, de se laver avec précaution avant de rentrer dans le bloc.

La jambe était dans un sale état, elle allait devoir inciser pour voir les dégâts plus en profondeur, vérifier si l'os était touché et suturer les vaisseaux touchés. En regardant de plus près, elle comprit qu'elle ne s'était pas trompée. Il s'agissait bien d'un piège à loups qui avait fait cette blessure.
Enfin, l'opération se passa sans encombre et la patiente fut emmenée en salle de réveil. Pendant ce temps, Lisa partit se laver et se changer pour remettre sa blouse blanche avant de se rendre dans la chambre de la professeur de sport.
Elle attendit alors son réveil et lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle lui adressa un sourire condescendant comme à n'importe lequel de ses patients.


Bon retour parmi les conscients ! Tu vas devoir rester quelques temps ici pour vérifier que tu récupères bien après l'intervention. En tout cas, tu es tirée d'affaire. Par contre, tu as eu pas mal de points de sutures donc tu vas devoir être plutôt prudente pendant les prochaines semaines.

Elle regarda autour d'elle, s'assura que personne ne la regardait puis elle ferma les stores de la chambre ainsi que la porte. Elle se rapprocha alors de Victoria et lui lança un regard sérieux.

Par contre, j'ai besoin de savoir pourquoi tu te balades avec une arme dans ton sac à main et surtout comment tu as coincé ta jambe dans un piège à loup ! En fonction de ta réponse, je verrais si je remplirais un rapport à remettre à la police et quoi que tu puisses penser, cela ne te sera pas très profitable !

Son ton n'était pas menaçant ou agressif, elle avait juste dit cela sur le ton de la conversation mais avec suffisamment de conviction pour montrer qu'elle ne plaisantait pas. Elle était bien différente de tout à l'heure Elisabeth... Et encore, elle n'avait pas encore écrit de rapport, laissant à la chasseuse, l'occasion de s'expliquer.
Puis pour le moment, elle en voulait encore un peu à la rousse de l'avoir abandonnée sans prévenir au Sweet Paradise. Surtout qu'elle ne s'attendait pas à la revoir...
(c) AMIANTE



_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 64
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 24
Localisation : Dublin






MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Dim 30 Nov - 14:56

Elisabeth & Victoria
Red hair, and pâtisseries


Ma visions s'obscuritait. Mon univers tout entier devenait flou. Mon regard se fixait sur le sol. Je n'avais plus de force. Je sentais mon souffle me quitter. Puis j'entendis un grondement. Le même qui me hantait chaque nuit depuis le lycée, et cette fameuse nuit.

Nicolai? Je l'appelait dans ma tête. Nicolai tu es la ? je relevait la tête le grondement continuait. Mon pou s'accéléra. Il est là,le monstre est là. Mes yeux s'embrumèrent, j'avais peur, j'avais froid. J'étais perdue, paniquée. Que quelqu'un m'aide... Mes pensées étaient une succession de prières à l'aide. La douleur me faisait halluciner. Puis un rayon de lumière apparut dans mon champs de vision.

"Victoria, je suis là ! Je vais m'occuper de toi, ne t'inquiète pas ! Je te laisserai pas tomber ! Par contre, je vais devoir fouiller dans tes affaires, il me faut ta carte de donneur."

Les larmes coulèrent enfin. Elisabeth... Rien ne pu plus me soulager à l'instant précis. Un visage familier, et chaleureux.

Je sentis mon corps être soulever et poser sur quelque chose qui bougeait, un brancard sûrement. Les lumières au dessus de glissaient rapidement. On me posa un masque à oxygène sur le visage. L'air me parut froid dans les poumons au début, puis un délice me soulagea. La souffrance qui me lacérait la jambe s'apaisa peut à peut. Mon esprit s’éteint.

Il n'y avait pas de rêve, pas de monstre, ni de sang. Juste le vide. Le calme.

A mon réveille, la lumière m'éblouit. Quand je réussis à ouvrir les yeux, je ne reconnus pas tout de suite l'endroit où j'étais. Je n'avais mal nul par, mais quelque chose me grattait le bras. Je regarda l'endroit qui me gênait. Une perfusion s'y trouvait. Une perfusion, la douleur bien sûr. Je me redressa pour regarda ma jambe, mais un vertige me fit changer d'avis.  Je gémis ...

Puis j'entendis quelqu'un bouger. Mon regard se dirigea vers la porte, où se trouvait Elisabeth. Son visage n'avait aucune expression, et elle me parût différente que celle que j'avais rencontrer.

"Bon retour parmi les conscients ! Tu vas devoir rester quelques temps ici pour vérifier que tu récupères bien après l'intervention. En tout cas, tu es tirée d'affaire. Par contre, tu as eu pas mal de points de sutures donc tu vas devoir être plutôt prudente pendant les prochaines semaines."


Des sutures, voilà qui allait m'embêter pour mon travail, et pour la chasse. Et rester ici? Il n'en était pas question. Mais je n'avais pas encore la force de protester.

Son regard devint plus grave, elle se retourna pour observer les alentours, et ferma la porte et les stores. Puis s'approcha de moi, je redouta la question même si je m'y étais préparer à l'instant même ou j'avais franchis les portes de l'hôpital la jambe en sang.

Par contre, j'ai besoin de savoir pourquoi tu te balades avec une arme dans ton sac à main et surtout comment tu as coincé ta jambe dans un piège à loup ! En fonction de ta réponse, je verrais si je remplirais un rapport à remettre à la police et quoi que tu puisses penser, cela ne te sera pas très profitable !


J'entendis d'abord la menace qui planait dans la phrase et non dans sa voix. J'avais déjà été remarquer par Tamsin Lannister pour possession d'arme à feu, me faire interroger après ce qui venait de se passer ne jouerait sûrement pas en ma faveur. Je ne pouvais pas expliquer mon activité. J'aurais dû être prudente. Je ne voulais pas mentir à Elisabeth, mais je ne pouvais pas lui dire toute la vérité. Elle aurait peur de moi, de ce que je suis devenue. Je n'étais pas mieux que le monstre qui avait tué mon ami.
Pourtant je devais la dissuader de faire un rapport...

Ma bouche était pâteuse et m’empêcher de m'exprimer. Je tourna la tête pour voir si de l'eau avait été poser à mon attention. Elisabeth dû remarquer ce que je cherchais et m'aida. Elle prit un verre d'eau et la fit couler doucement dans ma bouche sans forcer sur le flot. Quand je releva les yeux du verre pour la regarder, je le vis, le regard doux et chaleureux que je connaissais.

"Merci. Malheureusement Elisabeth, je ne suis pas prête à tout t'avouer. Je ne veux pas non plus te mentir. Mais tu m'as sans doute sauver la vie, alors je vais te dévoiler une partie. Quand j'étais au lycée, mon seul et unique ami s'est fait égorgé par un monstre pour me sauver la vie. Je vois son sang sur mes mains chaque nuits. Si je possède une arme et si je croise des pièges à loups c'est parce que je cherche à me venger, et aussi à protéger les gens à vivre ce que j'ai vécu. Ma vie n'a aucun autre sens que ces deux là. C'est la raison pour laquelle je suis partie hier. Je les hais, au point d'oublier à vivre ma propre vie. Tout mes rêves ont disparus en même temps que la vie de Nicolai."

A l'annonce de son prénom, mon coeur se tordit et je sentis une souffrance revenir. La machine derrière moi trahit cette douleur qui m'entaillait en bipant plus rapidement. Je vis Elisabeth faire un pas dans ma direction puis s'arrêter quand j'ouvris la bouche de nouveau.

"Je ne veux pas te faire ressentir quelquonque pitié, ou peur, mais je suis comme ça. J'ai appris à vivre en oubliant mes désirs, je la regarda, ou à tout faire pour ne plus re souffrir comme la perte de la personne qui m'était le plus précieuse. Je ne peux pas te forcer à  ne pas faire de rapport, je sais que c'est ton devoir, mais je me suis assez faite remarquer en trop peu de temps, et si malheureusement tu le faisais, je devrais disparaître de Beacon Hills."

Mon regard se baissa. Je lui avais cacher l'existence des créatures qui peuplait notre monde, car je ne voulais pas la choquer, mais je lui avais dit que moi même j'étais devenu un monstre. Je ne pouvais pas prédire sa réaction, mais ma crainte était palpable, car elle faisait battre mon cœur, trahit encore une fois par le cardiogramme posé sur ma poitrine.


Codes par Wild Hunger.

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 99
Date d'inscription : 19/10/2014






MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Jeu 4 Déc - 16:41


Red hair and Pâtisseries.
The cold never bothered me anyway !




Toute cette histoire était des plus étranges... Comment Victoria avait pu se blesser avec un piège à loup ? Pour quelle raison était-elle partie si précipitamment ? Aucune explication logique ne semblait assez convaincante pour la rousse. Elle avait alors lancé un ultimatum à la professeur d'EPS. Si elle n'avait pas les réponses à ses questions, elle remplirait un rapport pour la police. En réalité, elle n'en avait pas vraiment envie, son seul désir était de tirer tout ceci au clair. Pourquoi était-elle en colère contre Victoria ? Parce qu'elle était partie sans rien dire ? Non, cela lui était arrivé plusieurs fois déjà ! Mais le fait qu'elle revienne à l'hôpital seulement quelques heures sans aucune explication et sans la moindre excuse, voilà qui la faisait rager intérieurement.
Victoria ressortait d'une anesthésie générale et était encore un peu fatiguée et son organisme encore éprouvé. Néanmoins, Lisa s'en fichait, tout ce qu'elle voulait en cet instant, c'était des réponses...
Malgré tout, elle remarqua que sa patiente avait la bouche pâteuse et elle lui donna un verre d'eau. Tout en aidant la demoiselle à boire, Elisabeth se rendit compte que cela ne servait à rien de lui en vouloir. Ce qu'elle avait vécu ce soir était une punition assez éprouvante pour qu'en plus, elle soit la cible de la colère du chirurgienne. Ce fut ainsi qu'elle renvoya un regard doux et chaleureux à la patiente quand elle croisa son regard.

Cette dernière lui raconta alors un peu son histoire, assez triste, il fallait bien l'avouer. Elle lui raconta que son meilleur ami du lycée avait été tué par un monstre. Mais dans quel monde vivait cette femme ? Les monstres, ça n'existe pas ! Pourtant, Victoria avait dit cela de façon totalement sincère et cela se voyait qu'elle n'était pas d'humeur à plaisanter. Elle aurait assisté à sa mort et chercherait à le venger en cherchant à capturer le coupable. Peut-être que par monstre, elle entendait une personne qui était si mauvaise qu'elle n'avait plus rien d'humain et qu'elle n'était rien d'autre qu'un monstre ? Oui bien sûr que c'était ça, qu'est-ce ça pourrait être sinon ? Sa vie se résumait à la traque de cette personne depuis la mort de son ami Nikolai.

Lisa se sentit brusquement très idiote de lui en avoir voulu d'être partie. Elle avait clairement ses raisons et ce n'était pas du tout pour la blesser qu'elle était délibérément revenue. Cette femme avait besoin d'aide et était revenue la voir elle. Bon d'accord, elle était blessée et avait besoin d'être soignée mais cela signifiait qu'elle lui faisait confiance. Rien que pour ça, elle se sentit coupable d'avoir été froide avec elle. Ce fut un regard plein de compassion et de condescendance qu'elle lui adressa alors en cet instant. Victoria semblait encore souffrir de son passé et cela se répercuta sur son électrocardiogramme. La docteur allait faire un pas vers elle mais la professeur de sport l'arrêta et continua à parler.
Elle lui fit comprendre que si Lisa avait sa vie entre les mains et que si elle faisait ce rapport, Victoria serait obligée de quitter la ville et de partir vivre ailleurs. Et vu ce qu'Elisabeth venait d'apprendre, il n'en était pas question !


Tu me dis ça pour me faire culpabiliser c'est ça ? Bon, si ça peut te rassurer, je ne compte pas faire de rapport à ton sujet. Je pense qu'on peut dire que tu as gagné le droit d'avoir un peu de répit ! Elisabeth se rapprocha d'elle et voyait que son coeur battait anormalement vite sur l'électrocardiogramme. Ne t'inquiète pas d'accord !

Et sans prévenir, elle se pencha vers elle et l'embrassa. Pourquoi avait-elle fait cela ? Parce qu'elle avait envie, parce qu'elle se sentait attirée par cette femme et que Victoria l'avait touchée avec son histoire. Elle s'écarta quelques secondes plus tard et lui adressa un sourire tendre.

Ecoute, tu ferais mieux de te reposer et de penser à autre chose pour l'instant. D'accord ta vie n'a pas été rose mais ce n'est pas pour ça que tu es toute seule d'accord ! Elle lui adressa un sourire avant de s'asseoir près d'elle et de lui prendre la main. Et ne crois pas que j'embrasse toutes mes patientes hein !

Elle lui adressa un clin d'oeil entendu avant de rigoler. Ce fut alors que son bipeur se mit à sonner. L'interne jeta alors un coup d'oeil à son moniteur. Elle était visiblement attendue dans son bureau. Après tout, sa nuit de travail ne faisait que commencer. Elle se releva et lâcha la main de la demoiselle.

Excuse-moi, je dois y aller ! J'ai du travail à faire mais si tu veux, je peux repasser une fois que j'ai fini mon service ou quand j'ai un peu de temps libre. Sinon je repasserai plus tard. A toi de voir !
(c) AMIANTE



_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 64
Date d'inscription : 02/11/2014
Age : 24
Localisation : Dublin






MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   Dim 7 Déc - 21:39

Elisabeth & Victoria
Red hair, and pâtisserie


Elisabeth venait de quitter sa chambre. Le monde autour d'elle était soudain devenu plus calme. Le monitoring avait cessé de sonner a tout va, et mon cœur ne  cognait plus dans ma poitrine. Pourtant je ne me sentais guerre plus en forme. Je venais de révéler pour la première fois de ma vie, mes plus grandes souffrances. Elisabeth était-elle vraiment une personne de confiance? Mon instinct me disait de partir d'ici. Je ne me sentais pas en sécurité.

Si le loup qui m'avait piégé hier découvrait que je n'étais pas morte vider de mon sang dans la forêt, il continuerait sans doute à me traquer. Et ce n'était pas dans cet hôpital que je serais en sécurité. Je ne voulais pas non plus mettre d'autres personnes en danger, ni Elisabeth...

Je devais partir de cette chambre. Quitter cet endroit... Je me redressa sur mon lit en position assise les jambes allongées, et souleva la couette pour examiner ma jambe blessée. Le bandage était moucheté de tâches de sang. Mais elles n'étaient pas récentes. J'avais dû dormir un certains temps déjà. Je ne devais plus perdre une minute. Un loup ne quitte pas sa proie tant qu'elle respire encore, et j'avais perdu trop de temps je devais être plus rapide.

Je retira mon cathéter, et les électrodes. Mais je n'avais pas prévu qu'elles se mettraient à émettre un bip strident. "Ces merdes pensent que mon cœur c'est arrêté. Qu'elle débile je vais ramener tout l'hôpital dans ma chambre." Je posa le pied par terre et la douleur se réveilla un peu trop subitement. Elle m'arracha une grimace et en examinant ma jambe je remarqua que les saignements avaient repris. "N'y pense pas" m'ordonnais-je à moi même.

Mon sac était posé près de mon lit. Je le récupéra et pris ma veste en cuir, il devait toujours faire froid dehors. L'hivers était maintenant bien installé, et je ne devais pas risquer une hypothermie ou s'en était finis de moi.

J'ouvra la fenêtre de ma chambre, et je remercia intérieurement ma bonne étoile d'avoir fait en sorte que tout le service d'urgence de l'hôpital était au rez de chaussé.
Malheureusement mon appartement était loin de l'hôpital. Le seul endroit qui était assez proche était mon lieux de travail où bien sûr mon nécessaire de survie y était installé bien dissimuler.

J'entama ma marche vers la salle de sport.  Un quart d'heure plus tard la silhouette de celle-ci se dessinait dans la brume. La ville était calme, je n'avais aucune notion du jour où de l'heure, j'avais l'impression d'avoir dormis des jours. J'entra dans le bâtiment avec mes clés. Pris la peine de fermer derrière moi, et c'est là que je vis ce qui n'allait sûrement pas arranger ma cavale. J'avais laissé derrière moi des tâches de sang sur le bitume. Je soupira. Je n'aurais que quelques minutes de répit, je devais partir d'ici au plus vite. L'escalier qui montait à la salle de sport puis au vestiaire me parut comme un véritable supplice à escalader.

J'ouvra mon casier enfin, le double fond cachait mon bien aimé protecteur, un fusil à pompe. Le vérifia les munitions, et l'arma à mon épaule. Je pris le colt dans mon sac et le rechargea à son tour avec les balles qui était rangées dans le fond du casier. Cette fois, je pris seulement celles en argent. Je le rangea à ma ceinture.

Je pressa le pas, et avant d'ouvrir la porte de la salle pour sortir à l'extérieur, j'examina les alentours. Je n'aimais décidément pas cette situation d'insécurité. J'ouvra la porte et mis un pied dehors, j'entrepris de refermer la porte et j'entendis son grognement. J'arma mon colt en direction du trottoir en face. Ses yeux jaunes luisait, mais il avait forme humaine.

"Monstre", soufflais-je

Son grognement se fit plus puissant, j'arma aussi vite que possible mon fusil à pompe et le pointa dans sa direction, mais mon mouvement se stoppa quand mon cœur cessa de battre à ce que je venais d'entendre.

"Victoria?"

Elisabeth? Non ! Non ! Que faisait-elle là !? Je la regarda avec le regard vide.

"Pourquoi m'as-tu suivis !? Es-tu folle?" lui crachais-je au visage.

Le souffle me manquait, j'avais peur, comment pourrais-je la protéger et me défendre en même temps. Elle se trouvait à une quinzaine de mètres sur ma droite, et la créature, face à moi à une centaine de mètres.

Elisabeth ne parlait plus, elle avait seulement les yeux écarquillés vers moi, son teint était pâle. Je devais l'effrayé avec mon arme. Et elle ne devait pas comprendre contre qui je la pointais. Je voulais faire un pas vers elle, je voulais me rapprocher. Mais je savais que si j'esquissais le moindre mouvement le monstre se jetterait sur moi. Ou elle ...

Je pris  alors la décision. Je tira. Et tout ce déroula comme au ralentit dans un film en noir et blanc. J'avais tiré sur l'humain au yeux jaunes qui esquiva la balle  et commença sa métamorphose, ce qui me laissa le temps de me jeter en bouclier devant Elisabeth. Le temps repris sa vitesse naturelle quand les bras toujours en bouclier tendu sur les côtés dos à Elisabeth, je baissa la tête vers la main, ou plutôt la patte qui s'était engouffrée dans mon ventre. Par réflexe je le retint, pris mon colt de l'autre main libre qui me restait et tira sur lui. Il arracha sa main à mon emprise hurla et sauta en arrière. Je tomba à genou. Les mains couvrant la plaies sur mon abdomen. Il avait manqué mes points vitaux, mais je me vidais maintenant de mon sang à trop vive allure.

Je me retourna vers Elisabeth le regard suppliant, "prend mon arme et je t'en supplis fuis... je refuse qu'il arrive quelque chose à une autre personne importante pour moi.."

Codes par Wild Hunger.

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth   

Revenir en haut Aller en bas
 

Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Red hair, and pâtisseries. feat Elisabeth
» ELISABETH MARTINE, UNE QUESTION SVP
» Bonjour Elisabeth
» ELISABETH COMMENT VAS TU MA DOUCE ??????
» Elisabeth, Martine et les amies, je viens vous dire au revoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In Those Yellow Eyes :: The "Sweet Paradise"-