AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
/! Non, ceci n'est pas une réouverture, juste un petit lifting pour le plaisir des yeux de ceux qui passeraient encore de temps en temps sur le forum !! On pense toujours à vous ♥️♥️♥️ /! (d'ailleurs si l'envie vous prend, rejoignez nous : Rise From the Ashes)

Partagez | .
 

 Coffee Loriquet - Pacque j'suis reviendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 31
Date d'inscription : 22/10/2014






MessageSujet: Coffee Loriquet - Pacque j'suis reviendu   Mer 22 Oct - 20:13

Bon ben voilà du coup je remet ma fiche °0° (et comme je l'ai récupéré l'autre jour, et que je l'ai corrigé y a quelques minutes...)


Coffee Loriquet

Feat. John-Francis Daley


Ce qu'il faut savoir...

Salut, moi c'est Coffee Loriquet, j'ai 25 ans et je viens tout droit de Chicago. Je suis actuellement célibataire et tant mieux, et mon truc à moi c'est les choses étranges.

J'appartiens au groupe Humains car je suis devine quoi.. On me reconnait grâce à quelques signes particuliers dont ma schizophrénie, mes goûts pour les trucs horribles, mon humour noir. et je ressemble comme deux gouttes d'eau à John Francis Daley.

Derrière mon écran je suis un koala, et on me connait sur le web sous le pseudo Yuuki sous toutes ces variantes. J'ai actuellement 503 ans et j'ai connu le forum grâce à une bonne question que je me pose encore..




Traits de Caractère

Approcher Coffee, c’est comme mettre sa main dans une tasse brûlante, à ses risques périls. C’est comme boire un café noir, amer, corsé et fort, en sachant pertinemment que l’on déteste le goût du café.
C’est risquer de découvrir un monde dangereux.

Coffee, n’est pas le genre de personne que l’on supporte, il est invivable. Toujours à faire des reproches, à râler pour rien. Il se plaint pour tout et n’importe quoi, et pour lui, tout sera du peut mieux à faire plutôt que du parfait. Bien sûr, il reste approximativement objectif pour les notes qu’il met à ses élèves, mais il ne faut pas s’attendre à ce qu’il soit très cordial quand même. Impartial, certes, mais glacial surtout.

Et puis, Coffee est acerbe. Il aime à se moquer des gens, à les mépriser, et à leur faire comprendre qu’il ne les aime pas. Il aime à les provoquer, à les pousser jusqu’au bout, à s’amuser d’eux, de les voir s’enrager comme ça.
Il ne fait confiance à personne, il garde toujours ses distances, il se méfie toujours de tout, reste le plus éloigné possible de toute relation positive. Devenir son ami est quelque chose d’impossible, même pas par intérêt.
Mais bizarrement, plutôt que de parvenir à les tenir loin, il ne fait que provoquer les gens, ce qui fait qu’ils continuent de rester près de lui.

Coffee se sait intelligent, mais malheureusement, ne peux s’en vanter, de peur que ça se passe mal. Il a une bonne mémoire, et quand il veut retenir quelque chose, il y parvient. Il adore lire, et c’est au moins une de ses passions, sur lequel on peut obtenir quelques sourires…
Ah en fait, Coffee sourit. C’est quelqu’un de très sympathique, en vrai, il peut-être aimable. C’est juste qu’on sentira toujours cette distance qui sera toujours présente. Cette froideur sans égal, et puis sa fâcheuse manie à provoquer la peur des gens, ou à leur faire mal volontairement. A dire des choses qui blessent. A envoyer des piques au trop bon endroit.

Sinon, il a parfois tendance à parler tout seul…Enfin à ses hallucinations. Quand cela arrive, il s’arrange toujours pour que ça ne dure pas, même si ça lui tiens compagnie. Quand il est seul, par contre, cela ne le dérange pas de se taper la discussion avec ces crétines de soi-disantes réincarnations. Après tout ce n’est que le reflet de son cerveau.

Le jeune homme est aussi du genre, à aimer les trucs glauques, sans en avoir peur. Il croiserait le croque-mitaine, qu’il n’aurait qu’une envie : Devenir ami avec. Pas parce qu’il est schizophrène, donc en soit tout à fait étrange, juste que cela l’amuse.
De fait, il aime le sang, les trucs bizarroïdes et flippants, les creepy pasta, les légendes urbaines, les légendes glauques, les contes, pas ceux idiots de Disney, les vrais. Ceux où un roi massacre tout un tas de gens. Ceux où le prince tombe de la tour pour mourir et la sorcière laisse Raiponce crever dans la tour.
Et il adore l’humour noir, le sarcasme.

En fait, Coffee porte tellement bien son nom que c’en est effrayant.
A lui seul, il est quelqu’un plein d’amertume, au cœur si noir et trop protégé, que même lorsqu’on pense qu’on est parvenu à l’approcher, on se trompe.


Code:
John-Francis Daley [color=#FF0000]Ӝ[/color] Coffee Loriquet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 31
Date d'inscription : 22/10/2014






MessageSujet: Re: Coffee Loriquet - Pacque j'suis reviendu   Mer 22 Oct - 20:14


Votre Histoire

" Penses-tu vraiment que tu existes ? En as-tu seulement la preuve ? Non. Te regarder dans le miroir, ça ne compte pas."


Coffee n’a jamais été le genre de personne que l’on peut supporter, sans avoir envie soudainement, de le gifler. D’abord, parce que son humour noir, et ses sautes d’humeur sont vraiment et extrêmement insupportables. Ensuite, parce qu’il était du genre à attraper une araignée, à la pointer devant vous, et à rigoler.
Tandis que vous, vous pousserez peut-être un hurlement de terreur, lui prendra cela comme un jeu, et voudra même adopter cette jolie araignée.
Et ce, depuis qu’il est petit.

Quand Coffee était petit, il n’était déjà pas un garçon comme les autres. Déjà par son prénom, dont tout le monde riait. Allons, quel nom ridicule, comment as-t-on pu le nommer comme ça ? Alors Coffee s’est défendu. Balançant de la boue, quitte à se salir ses habits. Des cailloux aussi, au risque de faire vraiment mal à ses camarades. Il s’en fichait de faire mal, les autres n’avaient qu’à pas rire sur le fait qu’il s’appelait Coffee. Ca aussi, c’était douloureux.
Selon lui, son prénom n’était pas si pire. C’était toujours mieux que de s’appeler Sophia quand on n’était pas sage, ou encore Prudence quand on était aussi naïve qu’une huitre.
A force de se battre contre ses camarades, il rendait souvent ses vêtements plus sales que jamais, troués de partout. Sa mère eut beau le gronder de toutes les différentes manières possibles et inimaginables, cela n’y fit rien, et Coffee continuait, tant qu’on osait se moquer du nom qu’on aurait pu lui donner.
Sa mère se dit que ce n’était qu’une mode, de brutaliser ces camarades, que cela allait passer. Elle ne savait même pas pourquoi il faisait cela, après tout, elle ne l’écoutait pas, quand il se plaignait.

Mais Coffee continua. Et un jour, il apprit à être intelligent. Ah bien sûr, il l’était déjà bien avant qu’on lui explique ce que c’était, mais ce jour là il comprit quel profit il pourrait tirer du fait d’être intelligent et de pouvoir s’amuser de ses petits camarades, à savoir qu’il était bien plus malin qu’eux.
Et il apprit ce genre d’humour qu’un enfant ferait mieux d’ignorer toute sa vie. Ce genre d’humour, où l’on parle de racisme, d’homophobie, de toutes ces choses pas belles, mais que l’on tourne souvent à la raillerie. C’était sa plus belle arme, celle qui pourrait toujours et encore lui servir, puisque, vous vous doutez, quand il se pointa devant un garçon qui riait de son nom, et qu’il fit :

- T’as les manières d’une tapette, dégage de là, la mouche.

L’autre compris qu’il avait été insulté, mais que pouvait-il répondre d’autre que « je ne suis pas une tapette, ni une mouuuche ! » ce qui paraissait puéril, bien que logique pour un enfant.
Coffee, comprenant le pouvoir des mots, surtout de ceux qu’on ne comprenait pas, se mit à la lecture. Pas n’importe laquelle, le dictionnaire. Il lu un énorme dictionnaire, durant tout un week-end, et le lundi, même s’il n’avait pas encore fini et qu’il n’en était arrivé qu’à la moitié, il connaissait suffisamment de mots pour remettre encore par terre ses petits camarades…

Sauf qu’au lieu de se moquer de son nom, on préféra plutôt se moquer de son langage. Bizarrement, le fait d’être intelligent raisonnait dans la bouche des enfants comme si c’était stupide.
De fait, Coffee continua de s’en prendre plein la tête, et, comprenant que les mots compliqués ne suffisaient pas, se mit à mordre. Oui, après la boue, les cailloux, ce fut la morsure qui l’intéressa.

Il alla tout un tas de fois au coin, et pourtant, il semblait s’en ficher comme de sa dernière coquillette.
Coffee était comme ça : Rebelle et pas gentil. Mais les gens ne l’étaient pas trop non plus avec lui, alors il leur rendait bien.

Et puis, l’eau coula, coula, et s’écoula sous les ponts, et lentement Coffee grandit.
Il atteint l’adolescence, et fini par se calmer, à la grande joie de sa mère. Il arrêta de lancer des cailloux, et comme l’effet « intello » s’était inversé pour lui donner de l’importance, cela l’arrangeait. Tout le monde l’appréciait, sûrement par hypocrisie, mais au moins, il n’avait pas à se défendre pour des raisons idiotes, comme quoi son nom ne plaisait à personne.
Pourtant Coffee s’en contentait de son nom. Même s’il n’avait jamais aimé le café.

Et puis, alors qu’il menait une vie heureuse, brillante et ambitieuse, où il s’imaginait partir dans les meilleures facultés, devenir un garçon plus intelligent que personne, usant de ses capacités particulières pour écraser tout ceux qui se mettraient sur son chemin, qu’il restait quand même quelqu’un d’aimable – à peu près et de sympathique - cela arriva.
Alors qu’il gardait son don à aimer les trucs glauques et gores, qui effrayaient les gens, alors qu’il s’amusait bien de vivre sa vie comme il l’entendait, cela vint à venir vers lui. Trop vite, trop près, trop proche.
Comme une bombe, sans prévenir, un jour comme ça. Frappant à la porte, ding-dong, bonjour c’est moi.
Il découvrit ce que son père avait été, ce qu’il allait devoir être. Avec quoi il allait devoir vivre.

Tout à commencé, quand alors qu’il révisait tranquillement dans sa chambre, il y eut cette voix. Qui lui disait qu’il était doué quand même. Exactement comme lui. Comme l’autre personne qui parlait.
Coffee eut beau chercher dans toute la chambre, il n’y eut rien d’autre que le vide des murs orange. Seul lui se trouvait dans la pièce. A la base, il cru avoir halluciné, et en vérité, c’était bien cela. Mais il ne le pensait pas dans ce sens.
Comme cela se reproduisit, de trop nombreuses fois, il eut peur. Peut-être que quelqu’un l’espionnait, peut-être que quelqu’un voyait ce qu’il faisait et comptait le détruire.
Alors qu’il plongeait dans un délire, et qu’il se mit à oublier le vrai monde, ce fut quand il rouvrit les yeux vers la réalité sur sa chambre en désordre, sa mère terrifiée, de l’avoir vu hurler après quelqu’un d’invisible, qu’il comprit.
Ou plutôt, qu’elle comprit en premier. Sa mère savait qui était son père. Ce père dont elle ne lui avait jamais parlé.
Pourquoi il était parti, pourquoi il n’était jamais revenu.

La schizophrénie est héréditaire, vous avez raison, madame Loriquet. C’est ce que l’on annonça à la mère de Coffee, quand elle emmena son fils au service psychiatrique de l’hôpital.
On lui expliqua tant de choses.
Il arrive que la schizophrénie survienne suite à des traumatismes. Il arrive trop souvent, aussi qu’on confonde schizophrénie et trouble de la personnalité multiple. Mais ces deux troubles sont si différents. Mais aussi effrayants l’un que l’autre.
Mais ici, c’était bien du premier cas qu’on parlait. Il n’y avait pas de confusion.

Alors, Coffee compris. Sa vie était détruite. Pour de bon et pour toujours. Qui voudrait engager comme scientifique, un malade mental qui subissait des hallucinations notoires, et qui, quand on lui parlait de complot un peu trop fort, se faisait tout un délire paranoïaque ou il était le principal visé ?
On aurait beau dire « mais ça ne change rien, tu es toujours brillant » n’est ce pas inquiétant, de se dire qu’à tout moment, il peut délirer ? Bien sûr, le médecin lui confia un traitement, bien sûr qu’il lui promit que cela fonctionnerait.
Mais le jeune homme compris également, que s’il ne se tenait pas à carreaux, s’il ne se dépêchait pas d’apprendre à se contrôler, alors tout serait fini pour de bon. Il serait mis à l’hôpital, avec les autres fous, et plus jamais il ne pourrait en ressortir.

Son père était schizophrène. Lui aussi.
Il n’avait pas seulement hérité d’un prénom qui était du gros n’importe quoi de la part de ses parents.
Alors la jalousie survint. La jalousie, de se savoir différent, de se savoir bientôt mis en arrière. Lui qui s’était toujours arrangé pour écraser les gens, voilà qu’avec cette maladie, il leur redonnait une nouvelle idée pour pouvoir l’écraser.
Le broyer en morceaux, jusqu’à ce qu’il n’en devienne que pire.

C’est ainsi, que Coffee redevint ce qu’il avait toujours été, un café noir, acerbe, méchant, insupportable.
Il comprit que jamais personne ne devait l’approcher pour comprendre ce qu’il était, qui il était, comment il était. Jamais personne ne devait lui faire confiance, pour ne jamais avoir à assister à ce que sa mère avait vu.

Même si le traitement limitait les moments de paranoïa, il n’en restait pas moins, que doucement il se faisait à ses hallucinations, qu’il pouvait voir, fait rare chez les gens comme lui. Il pouvait les voir, leur parler, et parfois oubliait même qu’ils n’existaient pas.
Toutes ses hallucinations se basaient sur un seul et unique principe : Prétendre être l’une de ses réincarnations. Venant de l’époque des viking, en passant par l’antiquité pour aller au dix-neuvième siècle, c’était du gros n’importe quoi et ses hallucinations survenaient à tout moment, dans le plus grand des hasards.
Pour venir l’embêter. Lui rappeler qu’il était anormal. Qu’il ne serait plus jamais comme les autres.

Comprenant qu’il ne pourrait jamais exercer un métier trop particulier, Coffee se tourna vers l’enseignement. Il savait qu’occuper son esprit par autre chose que sa maladie, limiterait surement ses hallucinations.
Même si s’occuper de mioches à qui il fallait expliquer quelque chose, n’était vraiment pas sa tasse de café, il ferait avec. En plus, les vacances étaient pratiques, pour pouvoir suivre son traitement de façon intensive, sans que jamais personne ne le vois.
Coffee se retrouva dans le rôle d’un professeur de littérature. Un métier parfait pour quelqu’un comme lui qui connaissait le dico par cœur, et qui passait son temps libre à lire.
Une de ses réincarnations prétendit même que c’était l’idéal, vu qu’il avait lui-même connu Shakespeare. Alors, si même ses hallucinations étaient d’accord avec lui, pourquoi choisir autre chose ?

Seulement, il déménagea. Une fois. Dans le Minesota. Parce qu’une élève le retrouva entrain de parler à une de ses hallucinations.
Une seconde fois. Au Canada. Parce qu’en oubliant de prendre son traitement, Coffee s’était retrouvé à faire une crise de paranoïa aigue.
Une troisième fois. En Floride. Parce que simplement, il avait été trop désagréable avec le corps enseignant et même avec le directeur. Et qu’il avait effrayé une élève.
C’est ainsi qu’au bout de la quatrième fois, il fini par atterrir à Beacon Hills. Sans savoir à quoi il allait s’attendre.
Mais une chose est sûr, il est prêt à tout pour éloigner les gens, avec son acidité, son flot de paroles désagréable. Prêt à faire l’insecticide pour faire fuir n’importe quel nuisible qui osera l’approcher.
Mieux vaut cacher qui l’on est, quand on est comme Coffee. Qui sait comment les gens peuvent nous voir. Les humains sont capables du pire, quand ils comprennent qu’ils ont face à eux des gens différents d’eux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eirin Maikkönen
Illusioniste


Messages : 715
Date d'inscription : 27/11/2013






MessageSujet: Re: Coffee Loriquet - Pacque j'suis reviendu   Mer 22 Oct - 20:42



Re BIENVENUUUUUUUUE



ps: Et comme je t'avais déjà dis, si tu as besoin ma boite MP t'es ouverte jour et nuit Wink

_______________________________

I want to be loved by you !
«I like the way I feel when he looks at me. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/mzllelou

Messages : 31
Date d'inscription : 22/10/2014






MessageSujet: Re: Coffee Loriquet - Pacque j'suis reviendu   Mer 22 Oct - 20:52

Merci beaucoup é_è. *petit koala tout timide et apeuré*

Et merci pour le re-bienvenue >0< ! *câline frotte*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Eirin Maikkönen
Illusioniste


Messages : 715
Date d'inscription : 27/11/2013






MessageSujet: Re: Coffee Loriquet - Pacque j'suis reviendu   Mer 22 Oct - 21:08



Alors je vais refaire ce que j'avais fait quand tu été arrivé pour la première fois :

   
!! Félicitation !!

   


   
Nous avons le plaisir de t'annoncer que ta fiche est validée !!

   Nous te souhaitons tous officiellement la bienvenue sur notre forum.

   Maintenant tu as la possibilité de commencer à RP avec les autres membres, ainsi que de créer ta Fiche de Liens et ta Fiche de Suivis de RP. Very Happy

   Si tu as du mal à trouver un RP, nous te proposons de faire un tour dans notre section RP Défis, ou encore de regarder notre liste des sujets libres en attentent de réponses.

   Tu peux également faire une demande de Logements ou encore de Rang Personnalisé. Si ton personnage à besoin d'un Scénario, il t'est tout à fait possible d'en créer un.

   Si tu as le moindre soucis, n'hésite pas à envoyé un MP à l'une des administratrice du forum qui se fera un plaisir de te répondre dans les plus bref délais. (On a pas l'air comme ça, mais je t'assure qu'on ne mord pas en vrai^^)

   Et maintenant, place au jeux !!


   


_______________________________

I want to be loved by you !
«I like the way I feel when he looks at me. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://instagram.com/mzllelou
avatar
Derek Hale
I’m gonna rip your throat out, with my teeth


Messages : 1379
Date d'inscription : 28/10/2013
Age : 29
Localisation : Haute-Vienne






MessageSujet: Re: Coffee Loriquet - Pacque j'suis reviendu   Mer 22 Oct - 21:27

Reuuuh bienvenue !!!

_______________________________