AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
/! Non, ceci n'est pas une réouverture, juste un petit lifting pour le plaisir des yeux de ceux qui passeraient encore de temps en temps sur le forum !! On pense toujours à vous ♥️♥️♥️ /! (d'ailleurs si l'envie vous prend, rejoignez nous : Rise From the Ashes)

Partagez | .
 

 Eating Me Away | Stalia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 843
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 25






MessageSujet: Eating Me Away | Stalia   Jeu 9 Oct - 4:49


Eating Me Away
It's eating me away. It nibbles at my brain. The question of my existence. And the matter of pain. I shake my fist, I shake my fist At the cosmos and my insignificance. I need a reason to breathe.Save me from my rage And my humanity. I'm more nothing than being. Is this my legacy. Feel it eating me away. All that I am, all that I want, all that I lack. Come on and save me 





- Je vous déteste, j'aimerais que vous soyez tous morts !

Cette phrase hantait mes rêves tandis que je ne cessais de faire ce même cauchemar. Sur la banquette arrière de la voiture de ma mère, je me sentais étrange. Comme si soudainement, une bête assoiffée de sang, coulait et gonflait mes veines et mes désirs. Je sentais en moi cette parcelle d'humanité prier pour que je ne les blesse pas. Ma petite sœur qui était assise à côté de moi, remarqua bien vite que quelque chose n'allait pas chez moi.

- Maman… Malia… Elle fait peur… Elle… Elle…

Sa peur s'immisçant dans mes narines, ne fit qu'exciter davantage la bête qui était en moi. L'infime part d'humanité qui restait en moi s'éteint très vite, je grognais, faisant claquer mes crocs et mes griffes. Un hurlement guttural m'échappais alors que je resserrais ma prise autour de ma petite sœur. Ma mère tentant bien que mal de m’arrêter sans succès, perdant ainsi le contrôle de la voiture qui finit dans un ravin. J'étais la seul rescapée. Quelque chose se brise en moi à ce moment-là, la noirceur s’emparant de mon âme. Plus rien ne sera comme avant. Peu à peu, je prenais conscience de mes actes. Le carnage crée par mes propres mains s’étalait devant moi. Horrifiée, je tremblais de tout mon être. Qu’est-je fait ? Que suis-je devenue ? YOU'RE A MONSTER.


Je me réveillais en sursaut toute en sueur. Pourquoi ce cauchemar revenait me hanter alors que je n'en faisait plus depuis que je dormais avec Stiles ? Machinalement, j'allongeais mon bras pour trouver la main du jeune humain mais à la place je ne retrouvais qu'un oreiller glacé signe qu'il était partit depuis bien des heures. Je tendis l'oreille à la recherche du moins bruit qui pourrait signaler sa présence dans la maison comme ses battements de cœur ou quoi que ce soit mais rien du tout. Me relevant précipitamment du lit, je m'habillais pour partir à sa recherche, passant par la fenêtre de s chambre pour sortir ayant son odeur déjà bien en nez.


Il faisait déjà nuit, le ciel était une toile noire comme de l’encre. Un long nuage de vapeur s’échappait de mes lèvres et je commençais à claquer des dents. Sous mes pas une brindille craqua. Puis une autre. Je sentais le sol devenir spongieux sous mes pieds. Cela me ralentissais légèrement, jusqu’à que je m’arrête complètement pour renifler l'air essayant de retrouver la trace de Stiles. Le vent ne cessait arracher les feuilles des arbres et me sifflait aux oreilles. Je levais machinalement la tête pour regarder le ciel mais toute trace de lumière était obturée par la cime des arbres. Bien vite, je sortais de la foret pour rejoindre la zone industriel. Restant sur mes gardes, j'avançais prudemment vers l'usine abandonnée. Entrant dans le bâtiment, j'apercevais une silhouette de dos, en plein milieu de la pièce, immobile, que je reconnus comme étant celle de Stiles. Je m'approchais doucement de lui.

- Stiles ?





made by pandora.





_______________________________

Stalia ♥:
 


By Ilyria ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merenwen-gallery.tumblr.com/

Messages : 262
Date d'inscription : 17/06/2014






MessageSujet: Re: Eating Me Away | Stalia   Ven 10 Oct - 0:06


No one would ever change this animal I have become
Tu ne sauras jamais ce qui te frappe, tu ne me verras pas me rapprocher. Je vais te faire souffrir cet enfer dans lequel tu m'as mis. Je suis en dessous de ta peau .Le Diable à l'intérieur .

Les songes s'évadaient à travers des rêves angoissés. Un souffle au coeur, une mise à mal livide, les yeux clos, mais l'esprit embué... Et cette respiration saccadée. La souffrance était un fait qui frappait, défonçait tous sur son passage. Un fait que seul le temps arrivait à enterrer. Un fait qui frappait depuis des jours ce pauvre gamin, que le destin avait fini d'achever. Ce même gosse qui se cortiosonait dans son lit, l'esprit dévoré par un mal inconnu. Une folie, une démence inachevée... Des ténèbres profitant d'une faiblesse visible pour s'immiscer dans la purulence intérieur de son espoir fissuré. Lui devenant un pantin à vif, ensanglanté et assoiffé, bercé par des rêves orgueilleux. Ce même rêve qui devenait un enfer alors que ses membres se mettaient à trembler, son coeur s'anesthésiant de douloureuses pulsions. Des simples bribes de son passé remaniait pour le faire craquer. Et cette culpabilité... Limpide, unanime qui le poussait plus bas que terre. Cet enfer était devenu bien plus que réel. Le brun agonisait, la panique gobant cette réalité, l'enfermant fermement dans cet imaginaire oppressant.

Le silence retombait vigoureusement dans la pièce, où autrefois séjournait les cris de patients hystériques et habités de troubles diverses. Le blanc des murs lui rappelait ceux de l'hôpital de Beacon Hills. Cette sensation d'étouffement l'assiégeait alors qu'il se sentait à l'étroit dans ces locaux, cette impression de déjà vu l'oppressant. Cependant, presque contre son grès, il se mit à avancer, ses pas se déroulant un à un lentement. Son regard se voilait d'obscurité alors qu'une silhouette se dessinait face à lui. Un sourire teintant ses lèvres rougies d'une envie soudaine. Une envie morbide de sang... Un haut le coeur venait assiéger son estomac mise à mal, alors qu'il continuait d'avancer vers cette silhouette dans une obscurité totale. Et peu à peu, une excitation malsaine venait s'immiscer dans son corps en ébullition, une dose d'adrénaline qui le poussait dans ses retranchements, alors qu'il perdait le contrôle entièrement. De son corps mais également de ses pensées. Tous s'emmêlait dans une instabilité confuse. Tous devenait aléatoire et hasardeux. La boule dans la gorge, alors que ce sourire trônait toujours sur sa bouche abimée, il s'arrêtait net face au visage de cette silhouette que trop familière. Scott... Ce dernier l'attrapait dans ces bras, alors qu'impassible, Stiles restait de marbre. Froid et glacial... Puis soudainement un gémissement se glissait au creux de son oreille, alors qu'il faisait un mouvement rapide et succinct. Un coup sec et violent... Son meilleur ami se reculait de quelques pas, les yeux exorbités et la bouche entre ouverte, du sang perlait aux commissures de ses lèvres. La panique commençait à prendre Stiles, alors qu'il voulait l'aider en vain, totalement paralysé. Puis il abaissait son regard vers le bas. Dans ses mains se trouvaient une lame rougeâtre qui tachait ses mains du liquide visqueux. Scott le fixait, abasourdi et la vérité semblait enfin s'effondrer sur les deux jeunes hommes. Stiles venait de poignarder le loup de sang froid. Et le pire c'est qu'il appréciait le désarroi dans son regard, voir cette perte d'espoir, ce souffle irrégulier et cette tristesse infinie. Toute cette souffrance le rendait hystérique, l'excitait. Ce sang le ravissant... Le brun s'effondrait au sol fixant l'humain d'un oeil mauvais, un mot aux lèvres. Monstre. Des sentiments contradictoires l'assiégeaient, la colère, la haine, la culpabilité, le regret, une peur futile. Et c'est là que l'adolescent donnait un coup dans la gorge de son ami sans pitié. Le sang giclant sur son visage blafard, blême, là où seul séjournait un sourire de fierté.

"- Stiles? "

Le brun s'éveillait soudainement de sa stupeur, le coeur battant fortement, alors qu'il ouvrait les yeux lentement. La lueur dans son regard avait changé, tous comme une partie de lui, alors qu'un sourire venait se loger sur ses lèvres. Le même sourire que son cauchemar... Il restait là quelques secondes, impassible, conscient des envies malsaines qui le possédaient. Stiles était tous simplement inconscient, le mal le rongeant. Possédé. Le mal s'imprégnant de son corps pour lui faire commettre le pire. Il était spectateur de sa propre perte de contrôle. L'anxiété commençait à lui faire perdre pied, alors que son corps se détournait face à la jeune femme. Malia... Bordel! L'inquiètude prenait le pas sur le stress, alors qu'il se rapprochait d'elle dangereusement, ce besoin de la sentir en sécurité. Le brun paniquait virougereusement, alors qu'il tentait de reprendre le contrôle face à ce démon qui le dévorait; Inconscient de la créature qui s'amusait de lui ... Loin de se douter de ce qu'elle tramait et surtout de ce qu'elle voulait. La douleur étant un remède à son insatiabilité.

" -Oui?"

copyright crackle bones

_______________________________
The world was on fire and no one could save me but you.It's strange what desire will make foolish people do. I never dreamed that I'd meet somebody like you. ©️  by anaëlle.
Wherever you will go

What a wicked game to play, to make me feel this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 843
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 25






MessageSujet: Re: Eating Me Away | Stalia   Dim 12 Oct - 2:32


Eating Me Away
It's eating me away. It nibbles at my brain. The question of my existence. And the matter of pain. I shake my fist, I shake my fist At the cosmos and my insignificance. I need a reason to breathe.Save me from my rage And my humanity. I'm more nothing than being. Is this my legacy. Feel it eating me away. All that I am, all that I want, all that I lack. Come on and save me 





Des bribes du cauchemar que je venais de faire ne cessait de tourmenter mon esprit comme des échos. Et ne pas retrouver Stiles à mes côtés était comme si je refaisais un second cauchemar. Comme si je ne m'étais pas encore réellement réveillée alors que je traversais cette foret pour retrouver sa trace. Mais, je ne pouvais pas laisser le doute m'envahir alors que le jeune homme pourrait être en danger. Ça ne lui ressemblait pas de partir comme ça quelque part sans prévenir personne. A vrai dire, je ne pensais pas être capable de pouvoir véritablement retrouver Stiles à son odeur, ne maîtrisant pas encore totalement la chose. J'avais plutôt agi impulsivement et heureusement car j'avais réussie à le retrouver dans cette usine abandonnée. Lieu plutôt improbable pour l'humain. Certes, le jeune homme était casse-cou mais tout de même.

Le doute s’immisçait peu à peu en moi tandis qu'un millions de questions me traversaient l'esprit. Pourquoi Stiles avait quitté sa chambre et surtout pour finir dans cette usine abandonnée en pleine nuit ? Dans ce lieu lugubre où séjournait encore de vieilles traces de sang. Ça pourrait être dangereux pour lui. Une légère brise glaciale vint me faire frissonner tandis que le jeune homme se retournait enfin. Le sourire qu'arborait l'humain me déstabilisait. Mais je ne bougeais pas d'un poil restant immobile alors qu'il s'approchait de moi. Alors qu'il se retrouvait désormais devant moi, je posais doucement ma main sur son avant-bras. Sa peau était étonnamment froide. Je fronçais les sourcils, relevant mes yeux vers son visage.

- Tu vas bien ? Qu'est ce que tu fais ici ?

Depuis combien de temps se trouvait-il dans cet endroit ? Apparemment, assez longtemps, pour que sa peau soit glacial. Enfin, mon regard trouva le sien. Mais étrangement, j'avais l'impression de me plonger dans les yeux d'un autre. Un frissonnement s'empara de moi tandis que la part animal qui était en moi semblait vouloir grogner et s'enfuir la queue entre les jambes, voyant un danger que moi je ne voyais pas. Comme un sixième sens, que je décidais d'ignorer. Après tout, c'était Stiles et je n'avais donc aucune raisons de me méfier de l'humain. Et de par conséquent, ayant une grande confiance en lui, mes défenses étaient toutes quasiment baissées en sa présence. Mais toute cette scène semblait tellement irréaliste. Quelque chose de dérangeant semblait régner dans l'atmosphère. Ont feraient sans doute mieux de rentrer chez lui. Ce n'était pas sûr de rester ici, n'importe quoi pourrait arriver surtout au vue des derniers événements. Glissant ma mains jusqu'à celle de Stiles, je la prenais donc dans la ferme intention de partir d'ici.

- Viens, on rentre.

Je ne voulais pas rester ici plus longtemps. Ce lieu ne me disait rien de bon. Ce bâtiment où figurait l’emblème même de la vengeance. Lorsque j'étais une coyote, je ne m'y approchais pas alors, raison de plus pour que Stiles et moi ne nous attardions pas. Je ne voudrais pas qu'un quelconque danger ne lui arrive.





made by pandora.





_______________________________

Stalia ♥:
 


By Ilyria ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merenwen-gallery.tumblr.com/

Messages : 262
Date d'inscription : 17/06/2014






MessageSujet: Re: Eating Me Away | Stalia   Ven 17 Oct - 22:19


No one would ever change this animal I have become
Tu ne sauras jamais ce qui te frappe, tu ne me verras pas me rapprocher. Je vais te faire souffrir cet enfer dans lequel tu m'as mis. Je suis en dessous de ta peau .Le Diable à l'intérieur .

Le froid venait hérisser sur sa peau blafarde des sillons de tremblement irréguliers. Son regard se perdait dans le creux de l'obscurité , alors que les prunelles ambrées de Malia le fixait impassible. Sa présence en ce lieu n'avait rien d'anodin. Cette usine cachait tellement de secrets, de mystères outrepassés. Du malheur, du sang et des morts... Ce sol poussiéreux autrefois était recouvert de ce liquide visqueux au goût métallique qui repulsait la plupart des innocents bercés d'une réalité illusoire. Illusoire de leurs envies et désirs de stabilité, d'une petite vie tranquille au goût anisé de rêves éveillés. La vie n'était pas aussi joyeuse que les conneries que l'on voyait à la télé, elle était cruelle, froide, injuste et impartiale. Le mal frappait partout, marquant sur son chemin des larmes et des cris. C'était ça la vérité, le deuil fait parti de ce quotidien limpide , livide. Stiles ne le savait que trop bien, lui même encore touché par une perte indélébile; Une perte qui le marquait encore à vif de larmes saccagées. Le brun tombait dans une léthargie profonde, alors que cette pièce cloisonnée éveillait en lui une excitation malsaine, une stupeur venimeuse.   Une adrénaline divine qui se répandait dans ses veines creusées. Ce plaisir qu'il ressentait, s'accumulait d'une douce aigreur alors qu'il se rapprochait de la jeune femme silencieusement. Cette dernière était loin de se douter du danger qui la guettait, s'aveuglant d'une confiance appuyée par des sentiments étranges. Son visage dans son instance paisible allait bientôt changer. Cependant, à présent, son regard trahissait de multiples interrogations alors que doucereusement, elle déposait sa main sur son avant bras.


"- Tu vas bien ? Qu'est ce que tu fais ici ? "

Le brun allait devoir ruser pour mieux se teinter derrière ses prunelles ambrées. Stiles bien qu'effacé au fond de son propre corps, prisonnier de ses gestes et pensées, était bien conscient de ce qui se tramait, et cela le faisait paniqué affreusement. De plus que cette victime facile face à lui n'était pas qu'un visage familier, mais bien une personne à qu'il tenait invariablement. Malia n'était pas que cette impulsive adolescente naïve et agressive, non elle était une poupée brisée par des souvenirs entrelacés, par une culpabilité tangente. Culpabilité que Stiles s'était promis d'apaiser à travers des gestes attentionnés. Mais à présent, il était bien loin de cette priorité, son âme assombrie par les idées noires qui l'ensevelissaient .

" -Oui, tout... Va bien. Je sais pas, je crois que j'ai fais une crise de somnambulisme. "

Son regard perdu tentait de berner la brune qui le guettait ouvertement. Il ne bougeait pas, immobile. Un certain malaise se profilait dans l'air, ce silence étranglé le témoignait. La belle frissonnait, s'inquiétait et certes pour une bonne raison. Stiles n'était plus lui même, ce mal le rongeant, extériorisant ses vieux démons. Malia glissait sa main dans sa paume, dans un but sans aucun doute précis.

"- Viens, on rentre. "

Le jeune homme acquiesçait doucement de la tête, bien que contrarié. Partir d'ici après avoir parcouru la moitié de la forêt dans le but de se rationner pour finalement quitter les lieux sans le moindre détour était une conclusion oppressante. Mais pour ne pas éveiller les soupçons, il se devait de capituler sans rechigner. Pour l'instant... Resserrant sa main contre la sienne, il la suivait sans un bruit. Mais à peine eut-il le temps de sortir qu'un bruit étranger ternissait le silence pesant? Eveillant des questions chez l'adolescent, il trouvait enfin une distraction.

" -T'as entendu ça? "
copyright crackle bones

_______________________________
The world was on fire and no one could save me but you.It's strange what desire will make foolish people do. I never dreamed that I'd meet somebody like you. ©️  by anaëlle.
Wherever you will go

What a wicked game to play, to make me feel this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 843
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 25






MessageSujet: Re: Eating Me Away | Stalia   Lun 27 Oct - 0:31


Eating Me Away
It's eating me away. It nibbles at my brain. The question of my existence. And the matter of pain. I shake my fist, I shake my fist At the cosmos and my insignificance. I need a reason to breathe.Save me from my rage And my humanity. I'm more nothing than being. Is this my legacy. Feel it eating me away. All that I am, all that I want, all that I lack. Come on and save me 




Trouver Stiles dans cet endroit était quelque peu irréaliste. De plus sans aucune égratignures, apparemment, alors qu'il avait surement dû traverser la foret entière pour arriver jusqu'ici. Crise de somnambulisme... Un état secondaire dont seul les humains pouvaient en être victime. Les battements de cœur du jeune humain se firent plus rapides alors qu'il prononçait ces paroles. Surement parce qu'il devait se sentir perdu de se retrouver soudainement dans cet endroit sombre et peu recommandable.

- On dirait que tu es bien plus habile pendant tes crises de somnambulisme...

C'était une étrange constatation que je faisait. Et tout cela semblait plutôt illogique. Stiles, de son état normal était des plus maladroits. Entre se prendre une armoire en essayant de s'habiller, glisser en sortant de la douche et se ramasser plusieurs fois en essayant de se relever... Et bien d'autres, encore... A vrai dire, je ne comptais plus. Alors, c'était étonnant qu'il soit arrivé jusqu'ici sain et sauf, tout en étant somnambule. Mais soit, mieux ne valait pas rester ici trop longtemps. Je prenais donc la main du jeune homme pour l'inciter à me suivre et que l'on quitte cet endroit le plus tôt possible. La preuve, à peine sortis du bâtiment, un bruit déchira le silence. Stiles me demandant aussitôt si j'avais également entendu la chose. J'acquiesçais de la tête puis observais le paysage tout autour de nous. L'obscurité nous entouraient de toutes parts mais aucun signe visible de danger proéminent à l'horizon. Mes oreilles guettant, j'écoutais et scrutais les bois avec mes yeux qui s'étaient teinter de leur couleur bleus glacial pour mieux voir à travers toute cette obscurité. Bien comme je le pensais, rien ne semblait anormal.

- Ce devait surement être un animal nocturne. Rien de quoi s'alarmer.

Je haussais distraitement les épaules, retrouvant la couleur habituelle de mes prunelles. Souvent les humains avaient tendances à paniquer au moindre bruit surgissant dans la nuit et plus encore avec une foret à proximité, devenant soudainement paranoïaques. Me concernant, je ne m'affolais pas pour si peu. Ayant passée, huit ans dans les bois, j'en avais entendu de toute sorte, des bruits qui surgissent dans la profondeur de la nuit. Nombreux étaient les animaux qui chassent la nuit, moi-même j'en faisait partis.

- Peut-être un coyote.

Je souriais légèrement amusée. Bien que les werecoyotes étaient plutôt rare face à tous ces loups-garous en prolifération, le coyote en lui même était en expansion suite à la raréfaction des loups. C'était donc pour cela qu'il n'était pas rare de les entendre au tombée de la nuit. Mais je doutais cependant que ce que l'on venait d'entendre provenait d'un coyote. On verras bien en s'enfonçant dans la foret. Nous pénétrions dans les bois alors que je restait cependant aux aguets à l’affût du moindre bruit qui pourrait annoncer que l'on nous étions en danger. A nouveau, un son se fit entendre plus près cette fois. Je lâchais donc la main de Stiles pour pouvoir aller voir mais avant j'inspectais les alentours pour vérifier que rien de dangereux pouvait atteindre le jeune humain, le temps que j'aille voir. J'étais pas très fan face à l'idée de le laisser seul ici même pour l'histoire de quelques secondes. Et enfin, je m'enfonçais dans les buissons mais je ne m'éloignais pas trop non plus.




made by pandora.





_______________________________

Stalia ♥:
 


By Ilyria ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merenwen-gallery.tumblr.com/

Messages : 262
Date d'inscription : 17/06/2014






MessageSujet: Re: Eating Me Away | Stalia   Ven 14 Nov - 23:07


No one would ever change this animal I have become
Tu ne sauras jamais ce qui te frappe, tu ne me verras pas me rapprocher. Je vais te faire souffrir cet enfer dans lequel tu m'as mis. Je suis en dessous de ta peau .Le Diable à l'intérieur .

Un retour en arrière était impossible, le chemin se resserrait étroitement sur un piège confus et maladroit que seul cet esprit désabusé s'amusait à détailler. Cette emprise malsaine était tiraillé entre souffrance et aigreur d'une nouvelle volonté. Cette fille, cette brune aux yeux envoûtants , heureuse ou malheureuse péripétie de cette nuit d'insomnie, allait être témoin de la conclusion d'une malencontreuse histoire d'amour. D'un homme et d'une femme poussés par la passion, que seul la nationalité différenciée, des préjugés contrastés. Un geste puis la passion s'était transformé en un brasier incandescent. Et les tissus qui composaient cet homme s'étaient désintégrés filtrant dans le vent, les cendres du passé. Stiles était inconscient bien que spectateur et cette douleur au fond de lui, cette souffrance incommensurable de cette histoire tragique lui tordait l'estomac. Cette envie de vomir le dominant à présent. Mais les illusions s'immisçaient dans cette réalité et cette scène bien qu'irréaliste avait un goût métallique au fond de la gorge du brun. Il devait se barrer d'ici et vite.

"- On dirait que tu es bien plus habile pendant tes crises de somnambulisme... "

Elle doutait, son anxiété dévoilait bien cette fissure malléable entre ces certitudes et ces incertitudes. Et la nervosité du mal qui le possédait s'accentuait, son rythme cardiaque s'accroissant. Mais l'empressement de quitter ce lieu se faisait pressante, violent et impulsif. Malia attrapait sa main ,réchauffant sa paume au passage, laissant son corps un peu moins froid. Ce dernier ayant subi déjà les aléas de cette soirée glaciale. Le souffle creux résonnait contre sa peau, traçant sur son épiderme des striures croisées, alors que son esprit s'embrumait. Stiles agonisait ,son corps suivait les pas de la jeune femme. Sa peur le froissait irrégulièrement tandis que ses muscles tentaient de se bloquer. Il n'avait plus aucun contrôle, plus aucune volonté, ses mouvements se faisant hachés. Il était la vulgaire marionnette d'une force qu'il ne comprenait pas. Berné par l'incompréhension et des doutes cernés. Tous semblait surfait, irréel. Il était aveuglé, aveuglé par une haine dévorante , par une colère insatiable. Perdu, tous simplement.

Mais un bruit venait cingler le silence dérangeant. Une cassure de branche fissurant le visage de porcelaine du brun, laissant de marbre cet autre masque qui séjournait sur ses traits intacts;" T'as entendu ça? "

"- Ce devait surement être un animal nocturne. Rien de quoi s'alarmer."

Malia était habituée à ce genre de situations, après tant d'années dans la forêt, ces vieilles habitudes avaient la peau dure, ce qui avait plus ou moins le don de rassurer Stiles. Une partie de lui soupirant d'aise et l'autre de rumination. Cette source de distraction s'enfuyant, laissant seul cet espoir vain de fuite. Mais c'était sans compter ce destin acharné qui se teintait de futilités pour mieux se dévoiler. Stiles souriait face aux paroles de la brune alors qu'elle lâchait anodinement.

"- Peut-être un coyote."

Le brun gardait ce sourire de façade alors qu'intérieurement une lutte se dégageait. La phobie de faire du mal à autrui se peaufinant dans le crâne désabusé de l'adolescent abusé. Toutes ses pensées le dévoraient d'atrocité alors qu'il dessinait de son regard irisé la jugulaire de cette dernière. Celle ci battant invariablement dans son cou, soumettant un rythme cardiaque exhaustif. Elle avançait une fois de plus, stoppant l'observation poussée du jeune homme, fasciné, jusqu'à ce qu'un bruit retentisse de nouveau. Une deuxième occasion, ce coup ci il n'avait pas le droit à l'erreur. Stiles était tétanisé, impuissant alors qu'elle se dégageait de lui, brisant leur lien pour observer la source de cette cassure. Juste assez ou pas assez... Quelques secondes où son attention était tiré derrière ce buisson. Et le brun disparaissait avec une discrétion incroyable, fixant le sol pour ne pas se faire repérer. Il s'échappait... Le coeur battant, le sourire flagrant, la liberté oppressante; Mais surtout le danger certain. Il était partagé par la ténacité de l'adolescent qu'il possédait, par cette envie impossible de la protéger alors que les circonstances se voilaient. Peut être qu'avec de la chance, cette dernière tomberait sur un ennemi mortel, au moins, cette voix à part entière s'étiolerait pour ne laisser plus que l'appétit se répercutait. Une respiration saccagée venait attirer son attention alors que soudainement dans son champ de vision, une silhouette se peaufinait. Un loup se tenait face à lui, la gueule béante, les crocs retroussés, prêt à attaquer. Puis le silence retombait et la bête bondissait.
copyright crackle bones

_______________________________
The world was on fire and no one could save me but you.It's strange what desire will make foolish people do. I never dreamed that I'd meet somebody like you. ©️  by anaëlle.
Wherever you will go

What a wicked game to play, to make me feel this way.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 843
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 25






MessageSujet: Re: Eating Me Away | Stalia   Ven 21 Nov - 11:48


Eating Me Away
It's eating me away. It nibbles at my brain. The question of my existence. And the matter of pain. I shake my fist, I shake my fist At the cosmos and my insignificance. I need a reason to breathe.Save me from my rage And my humanity. I'm more nothing than being. Is this my legacy. Feel it eating me away. All that I am, all that I want, all that I lack. Come on and save me 




La foret était redevenue silencieuse tandis que je m'y enfonçais de plus en plus, poussée par ma curiosité. Les arbres s'agitaient doucement, laissant tomber quelques feuilles. Soudain, l'herbe frémit et comme une boule grise, un lièvre surgit des buissons. Il s'assit précautionneusement sur ses pattes de derrière, regardant autour de lui. Comme quoi, j'avais eue raison depuis le départ et tous les bruits que l'on entendais ne venait que des quelques animaux qui s'activaient la nuit. Toujours faire confiance à son instinct de coyote... Je soupirais bruyamment, ce qui fit partir le petit animal. Alors que je me retournais pour faire signe à Stiles qu'il n'y avait aucun danger, il n'était plus là. Quelques mini-secondes après avoir remarqué sa disparition, un grognement de loup surgit pas très loin. Stiles ! Je me précipitais vers l'origine du son.

Arrivée sur les lieux, je n'avais eus juste le temps de pousser le jeune humain pour le protéger, me retrouvant désormais sur la trajectoire de la bête dont tout le poids ne tarda pas à s’abattre sur moi. Je tombais à la renverse, ce qui ne déstabilisa pas l'animal, bien au contraire, elle ne me lâchait pas et sa gueule finit par se refermer sur ma gorge. Je grimaçais laissant échapper un gémissement de douleur. Essayant d'écarter la bête d'une main, je glissais l'autre sous le corps de l'animal pour atteindre son ventre de mes griffes et le lacérer une première fois, profondément. Elle lâcha ma gorge pour laisser échapper un couinement, j'en profitais pour reprendre le dessus, recommençant à la mettre en pièce. Le sang de l'animal giclait, aspergeant ma figure et la souillant ainsi que mes avant-bras et mes mains. J'aurais dû m’arrêter là et laisser la bête s'enfuir mais je n'arrivais, je n'arrivais plus à me contrôler. Elle s'était attaquée à Stiles alors elle méritait de mourir dans d'atroces souffrances. Mes yeux prenant leurs couleurs glacials témoignait du plaisir que prenait la bête qui coulait dans mon sang, de ce désir meurtrier qui gonflait mes veines. La peur de l'animal qui se faisait sentir, excitant mes sens. Je m'en délectais. J'arrivais enfin à reprendre le contrôle en me souvenant de la présence de Stiles. Je me rendais finalement compte que j'étais en train de me défouler sur ce qui était désormais un cadavre, une dépouille depuis maintenant quelques minutes. Une véritable boucherie. Mais je n'éprouvais aucuns regrets, aucuns remords. Et je le referais certainement, si la situation venait à se reproduire, si la vie de l'humain était en danger. Serrant les poings, ma respiration saccadée redevint normal, ainsi que mes yeux. Je me relevais et me retournais pour faire face à Stiles. La colère était toujours présente, ancrée en moi. Mais désormais, pour une toute autre raison. Cette peur incommensurable que j'avais eu de le perdre, il aurait pu y passer... Limite, je me foutais d'avoir été attaquée et blessée. Je ne prêtais pas attention à ma blessure à la gorge, certes elle était douloureuse mais elle allait finir par se refermer. Normalement. C'était lui qui importait. Mes yeux se plantèrent dans ceux de l'humain.

- MAIS QU'EST CE QUI T'AS PRIS ?!! A QUOI TU JOUES ?!!

Les larmes me montèrent aux yeux alors que je finissais par lui donner une gifle monumental. J'étais à bout de nerf. Je ne comprenais pas son attitude. S'éclipser comme ça en pleine nuit et s'enfuir une nouvelle fois pendant que j'ai le dos tourné alors que le danger était omniprésent dans cette foret. Je n'osais même pas penser à ce qu'il serait advenu de lui si je n'avais pas été là. Je ne pouvais pas concevoir l'idée de le perdre un jour.Je ne voulais pas perdre à nouveau quelqu'un que j'aim... Que j'appréciais vraiment beaucoup.




made by pandora.





_______________________________

Stalia ♥:
 


By Ilyria ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://merenwen-gallery.tumblr.com/
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Eating Me Away | Stalia   

Revenir en haut Aller en bas
 

Eating Me Away | Stalia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In Those Yellow Eyes :: Usine Abandonnée-