AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
/! Non, ceci n'est pas une réouverture, juste un petit lifting pour le plaisir des yeux de ceux qui passeraient encore de temps en temps sur le forum !! On pense toujours à vous ♥️♥️♥️ /! (d'ailleurs si l'envie vous prend, rejoignez nous : Rise From the Ashes)

Partagez | .
 

 It's the Big Bang Two | ft. Had

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 333
Date d'inscription : 20/03/2014






MessageSujet: It's the Big Bang Two | ft. Had   Lun 8 Sep - 17:02


   
It's the Big Bang Two
AVEC  HADRIEN R. CHILTERN

   

Aujourd'hui était le premier jour de mes trois jours de repos forcés. On peut dire que je ne m'étais pas vraiment levée de bonne humeur... J'avais l'impression d'être une lycéenne qu'on exclut trois jours du lycée pour mauvais comportement. Et à vrai dire c'était un peu ça... Je détestais l'avouer mais je n'avais pas vraiment agis de la meilleure des façon au poste mais Alistair m'avais poussé à bout. Et encore heureusement que je parvenais à réfléchir rapidement sinon je crois bien que je me serais retrouvée encore plus dans la mouise. Mais en tout cas, si ils comptaient vraiment que j'utilise ces trois jours pour réfléchir à mes actes et m'excuser lorsque je serais revenue, ils se foutent le doigt dans l’œil ! J'ai un ego aussi gros que celui d'un homme, alors c'est pour tout vous dire... Et je peux vous assurer que si c'était à refaire, je referais les mêmes choses ! Sauf peut être, si j'avais pu choisir, j'aurais surement embrassé un autre prisonnier car celui que j'avais "choisi" n'avais pas vraiment l'air d'être de dernière fraîcheur... Si je couve quelque chose dans les prochains jours à venir, je saurais d'où ça viens. Quoi que ça pourrait provenir d'Alistair car il n'a pas l'air d'être très net dans sa tête... Mais techniquement si ce dernier m'avait refiler des microbes, je les aurait refilé au prisonnier. Comme le téléphone arabe sauf qu'à la place des mots c'est des microbes qu'on passe à l'autre et de lèvres à lèvres pas de lèvres à oreille. Beurk, non c'est dégueulasse. C'est ça que devraient faire les jeunes en faite, ceux qui préfèrent être malade plutôt qu'aller en cours. Au moins, ils n'auront plus à faire semblant.

Pour avoir meilleure mine et surtout de meilleure humeur, je décidais d'aller prendre un café. Bon, je sais qu'on dit que la caféine rend nerveux. Mais la caféine ne se trouve pas seulement dans le café, non. Il y en a aussi dans le thé, et le thé apaise. Sooo ! Bref... Alors que j'étais tranquillement en train de boire mon café dans l’établissement prévu à cet effet, une discussion entre un petit groupe de jeune me parvint à mes oreilles. Apparemment, un professeur de philosophie avait mis le feu au gymnase du lycée. Quoi ?!! En entendant cela, je failli m'étouffer. Alors que des têtes se retournèrent vers moi, je me contentais de leur faire un sourire innocent presque un sourire d'excuse même. Genre : excusez moi de vous avoir dérangez et faillit mourir en buvant du café ! Bon, revenons à nos moutons. Des profs de philo, il y en avait pas dix mille à Beacon Hills ! Je devais absolument vérifier qu'ils parlaient bien de celui dont je pensais, quitte à m’incruster dans la discussion. Puis de toute façon, j'avais tellement l'habitude d'aborder les gens comme ça. Je me retournais donc vers les jeunes lycéens.

- Vous parlez d'Ha... Enfin, de Mr. Chiltern ? Je suis policière et je me charge de cette enquête.

Je leur montrais mon badge. Heureusement que j'avais l'habitude de le garder avec moi. J'avais la chance de l'avoir toujours même avec ces trois jours out. Et évidemment, tout cela était du bluff. Bien-sûr que je n'étais pas chargée de l’enquête. Puis, je ne savais même pas si il y avait réellement une enquête en cours. Mais bref au moins, j'avais eu ma réponse et comme je le pensais ils parlaient d'Had. Je savais très bien qu'il ne fallait pas se fier aux rumeurs surtout ceux provenant des lycéens, mais bon... Terminant mon café, je prenais ma moto et prenais la route vers l'appartement de mon ami. Une fois devant la porte, je frappais et on ne peut pas dire que j'y allais de main morte...

   
© EKKINOX

_______________________________


« how the turkey doing ? »
Have yourself a merry little Christmas, Let your heart be light. From now on, Our troubles will be out of sight. Through the years we all will be together. If the Fates allow Hang a shining star above the highest bough. ©️ .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 374
Date d'inscription : 12/12/2013
Age : 21
Localisation : Quelque part normalement !






MessageSujet: Re: It's the Big Bang Two | ft. Had   Sam 13 Sep - 0:21


It's the Big Bang Two

feat. Tamsin




Quelques jours c'étaient écoulés depuis "l'incident" du gymnase. Si des événements assez important c'étaient déroulés ce soir là, notamment l'incendie du gymnase, c'était bien la dernière des choses qui me préoccupait le plus. D'accord, j'étais coupable pour le feu et quelques rumeurs c'étaient répandues à ce sujet dans le lycée. Mais je m'en fichais clairement. Les rumeurs n'étaient rien face au fait d'apprendre que notre monde est peuplé d'innombrables personnes mi-créatures, mi-humaine. Cela remettait en question beaucoup de concepte philosophique ! Notamment ceux qui décrivaient l'homme comme un être naturellement bon. Rousseau n'avait sans doute jamais vu de loup-garous tentant de s'égorger...

Ainsi, c'était une vrai prise d etête pour préparer mes cours. A chaque fois, je n'arrivais pas à me convaincre que malgré ce que j'avais vu, ma perception du monde devait rester la même. C'était tout simplement impossible ! Mais d'un certain sens, le fait même que ce soit impossible me rassurait assez. Au moins je ne m'ennuierai jamais. Oui, atteindre la perfection c'est bien, mais une fois que l'on y est... Que sommes nous sensé faire ? Aussi j'avais commencé à faire quelques recherche dans le domaine du surnaturel. Malheureusement je m'étais vite aperçus que les livres n'étaient pas, pour une fois, la source la plus fiable. Il y avait énormément d'histoire sur les créatures surnaturelles et surtotu sur les loup-garous... Mais comment démêler le vrai du faux ?

Aussi étrange que cela puisse paraître, la seule personne qui avait réussit à me comprendre était Shaelynn. Oui, une de mes élèves. Apparemment elle aussi était "rentrée" dans ce nouveau monde depuis peu de temps et avait un peu de mal à s'y faire. Sur ce point, je ne pouvais la contredire, il nous falait penser différemment à présent et ce n'était pas une tâche des plus simple. Surtout quand on avait passé sa vie à réfléchir au sens de la vie et au fonctionnement de notre monde... Mais étant donné que je ne tombais pas sur un homme ou une femme sous une forme tout les jours, j'avais à peu près réussit à reprendre une vie normale.

J'allais au lycée tous les matins, je donnais mes cours avec mon énergie habituelle, puis passait la plupart de mes soirées à corriger des devoirs, à préparer mes cours des semaines à venir ou à lire. Rien de plus, rien de moins. Ce qui était affreusement compliqué. Et bien oui, dans tous ça, je ne vous ais pas parler de Jake. J'avais eut du mal à avaler le fait que ce dernier ait pu me mentir. Et pas seulement sur le monde qui nous entoure... Mais sa propre nature ! Je n'arrivais vraiment pas à comprendre pourquoi il ne me l'avait pas dit, ce qui me faisait mal car je pensais avoir enfin trouvé quelqu'un en qui je pouvais avoir entièrement confiance. Mais apparemment non.

Ainsi, dans mon programme de la journée, il fallait que j'ajoute le fait d'éviter absolument Jake. Cette épreuve ne semblait pas bien compliquée étant donné que je connaissais son emploi du temps quasiment par coeur. Donc je savais où ne pas aller et à quel moment. Seulement, il y avait bien des moments dans la journée où on était amener à se croiser. Et c'était bien la seule chose que je craignais durant toute mes journées. J'avais beau l'ignorer de mon mieux, je ne pouvais pas arrêter du joru au lendemain de penser à Jake. Rien que le fait de l'apercevoir de loin me faisait regretter mon comportement. Heureusement, je ne restais jamais assez longtemps à l'observer pour me décider à changer d'attitude.

Pour ce matin, je n'avais pas cours, donc la question de voir Jake ou non ne se posait pas. J'avais juste l'intention de rester à mon appartement, de me reposer un peu, de lire sans doute. Peut-être regarder un film si j'avais une bonne idée en tête. Dans tous les cas, je m'étais réveillé assez tôt pour ne pour ne pas rendre ma journée trop courte. On faisait des choses bien plus intéressante le jour debout que la nuit dans son lit... A moins que Jake ne soit là bien sûr... Rooh ! Et voilà que je repensais à lui ! Il fallait vraiment que je me change les idées !

J'optais alors pour un film, une comédie plus précisément. Rire un peu m'aderai sans doute à faire un peu de vide dans mon esprit. Mais si tout avait commencer paisiblement avec une bonne tasse de thé, quelqu'un vînt frapper à ma porte. Eteignant rapidement la télévision, je sentais mon coeur battre à tout allure dans ma poitrine. Et si il s'agissait de Jake ? Et si finalement il en avait marre que je l'ignore et si... Non, il fallait que je me calme, il s'agissait peut-être simplement de Edward qui avait encore une question bizarre à me poser. J'ouvris donc ma porte d'entrée et fut presque soulagé de découvrir mon amie Tamsin apparaître devant moi. Elle n'avait pas l'air des plus joyeuse, mais je ne le remarquai pas sur le coup :

- Hey ! Bonjour Tamsin ! Que me vaux le plaisir de cette visite de si bon matin ?

Je m'écartai alors du passage pour la laisser passer.

- Vas-y rentre, fait comme chez toi.




_______________________________


“Qu’il sache que l’homme est naturellement bon, qu’il le sente, qu’il juge de son prochain par lui-même ; mais qu’il voie comment la société déprave et pervertit les hommes ; qu’il trouve dans leurs préjugés la source de tous leurs vices ; qu’il soit porté à estimer chaque individu, mais qu’il méprise la multitude ; qu’il voie que tous les hommes portent à peu près le même masque, mais qu’il sache aussi qu’il y a des visages plus beaux que le masque qui les couvre” Rousseau - BANGERZ