AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
/! Non, ceci n'est pas une réouverture, juste un petit lifting pour le plaisir des yeux de ceux qui passeraient encore de temps en temps sur le forum !! On pense toujours à vous ♥️♥️♥️ /! (d'ailleurs si l'envie vous prend, rejoignez nous : Rise From the Ashes)

Partagez | .
 

 Lead me from hell... Feat. Matthew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 113
Date d'inscription : 16/08/2014






MessageSujet: Lead me from hell... Feat. Matthew   Jeu 21 Aoû - 21:03




Lead me from hell...
Feat. Matthew P. Gallager.

C'était assez plaisant à regarder, en même temps quand on est un adepte de la violence tel que moi, c'est toujours plaisant de voir quelqu'un se faire démolir la figure, mais voir un sale type se faire démolir par ma petite sœur, j'avoue qu'il n'y a rien de mieux. J'esquissais un sourire en coin alors qu'elle rouait l'homme qui tenait à présent à peine sur ses jambes de coups, je la laissais faire encore quelques instant avant de l'interpeller : « Doucement Teresa, les hommes morts ne parlent pas... » Elle se tourna vers moi avec une moue boudeuse comme si je venais de lui retirer son plaisir mais elle s'éloigna de l'homme avant de lui adresser un sourire amusé qui en disait long sur ce qu'elle lui réservait encore. Je m'approchais alors de l'homme qui était à quatre pattes par terre et avait visiblement tout la peine du monde à reprendre son souffle. C'était sans doute pour cette raison que généralement c'est notre frère qui s'occupe des interrogatoires... j'avoue, Teresa et moi nous n'étions pas les plus sociable qui soit et à nos yeux rien ne valait une bonne bagarre, du coup ça se finissait toujours de cette façon. Mais ce soir, nous étions tous mis à contribution, mon frère interrogeait des type à l'autre bout de la ville et nous ici... et avec nous la diplomatie, il n'y en a pas. Je m'acroupissais pour être à sa hauteur avant de poser une main sur son épaule en disant d'un ton faussement compatissant : « Je suis vraiment désolé... ma petite sœur, tu vois... elle a un léger problème de colère... elle peut pas s'empêcher de cogner sur les menteurs, les arnaqueurs, les loosers... » je comptais sur mes doigts avant de me tourner vers ma sœur en demandant : « J'en oublis ?? » Elle faisait les cents pas à quelques mètres et elle s'arrêta avant de se rapprocher avec un sourire en coin en hochant la tête avant de dire : « Les branleurs... » J'haussais un sourcille avant de me retourner vers le gars qui tremblait de peur à présent en disant : « Enfin bref, je crois que tu as bien compris qu'il valait mieux pas la chercher... donc je vais te reposer la question que je t'ai posé un peu plus tôt et cette fois tu as intérêt à me donner la bonne réponse. Où est ce que je peux trouver un spécialiste du surnaturel dans cette foutue ville ?? » L'homme tremblait et dans ses yeux je pouvais voir une expression que je connaissais bien pour l'avoir déjà vue auparavant... de la peur. Il avait peur, certes il avait peur de nous, mais aussi d'autre chose et i ne savait pas s'il devait parler ou pas. Je lui laissais donc quelques minutes, mais comme aucun sons ne sortis de sa bouche, je me redressais en me reculant avant de m'adresser à ma sœur : « OK, petite sœur, amuse toi. » Elle afficha un grand sourire en s'approchant de nouveau de l'homme, mais avant qu'elle n'ai le temps de lui donner le moindre coup, l'homme finis par parler : « Attendez, attendez... je... il y a un type... il est vétérinaire à ce qu'on dit... il a un cabinet en centre ville... » Je jetais un regard à ma sœur qui semblait déçu de pas avoir eu le temps de frapper... « Et u as le nom de cet homme ?? » L'homme repris une respiration saccadé avant de dire précipitamment : « Deaton... Il s'appelle Deaton !! » J'avais à présent tout ce qu'il me fallait, et je me tournais vers ma sœur pour lui dire : « Je m'occupe du véto, va rejoindre Toby, il aura peut être besoin de persuasion... » Elle m'adressa un grand sourire satisfait avant de donner un dernier coup de pied dans les cotes de l'homme qui roula à terre et quitta la ruelle alors que je partais dans le sens opposé vers le centre ville à la recherche de cette clinique vétérinaire.

Il ne m'avait pas vraiment fallut longtemps pour la trouver, et par chance elle était encore ouverte car je vis de la lumière à l'intérieur. Je poussais donc la porte d'entré qui était ouverte, les horaires indiquaient qu'elle devait normalement être fermé, mais je m'en fichais pas mal, la porte était ouverte, la lumière allumé, donc pour moi c'était ouvert. Je m'approchais du comptoir, je ne voyais personne mais j'entendais du bruit dans l'arrière salle, je m'apprêtais à parler pour attirer l'attention de la personne présente mais mon attention fut attiré sur le comptoir, je le regardais de plus prêt avant d'afficher un sourire satisfait : « Aucun doute, je suis au bon endroit... » le comptoir était entièrement en bois de sorbier, le seul bois qui repoussait les êtres surnaturels. Je n'avais donc à présent plus aucun doute sur le fait que cet homme devait bien être le spécialiste que je cherchais et qui allait m'aider à mettre la main sur cette saleté de petite Bakeneko. Mais pour cela, il allait déjà falloir que le véto sorte le nez de son arrière salle et comme je commençais à être impatient, je me décidais à dire d'un ton assez fort pour être entendue à l'autre bout de la clinique : « Faut vraiment être un chien à l'agonie pour avoir de l'attention dans ce lieu ?? » Mon ton était sarcastique mais cela avait sûrement dut attirer l'attention de la personne présente et c'était tout ce que je demandais.


© made by Ilyria

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité








MessageSujet: Re: Lead me from hell... Feat. Matthew   Ven 22 Aoû - 16:04


Lead Me From Hell
Thomas Delcombe & Matthew P. Gallager
Pas de perte de temps, il fallait que je me mette au boulot ! Entre mon père contre qui je travaillais à son insu et Oliver, revenu d'entre les morts et de qui il fallait que je protège ma petite sœur, il fallait vraiment que je m'active à trouver ces satanés bouquins. Plus urgent que de stopper mon père et ses manigances, il fallait parer au problème que posait Oliver et si mon père tenait tant à mettre la main sur les livres de ma mère, c'est qu'ils devaient contenir quelques informations interessantes.

L'air de rien, j'avais profité des moments où Thamara était à la maison pour me renseigner un peu, prenant des nouvelles notamment de mon oncle Deaton, que je ne connaissais que peu et que je n'aimais pas franchement. Las de tourner et virer à la maison à ne rien faire maintenant que Thamara était un peu plus présente et que je m'étais débarrassé des contrecoups du décalage horaire, il fallait que je fasse quelque chose. J'avais donc enfilé une veste et justifié d'une course à faire auprès de Thamara pour m'éclipser.

Me tenant à bonne distance de la clinique vétérinaire à surveiller les allées et venues, j'avais du attendre un moment avant qu'enfin mon cher oncle ne s'en aille, me laissant ainsi la voie libre. SI je ne pouvait pas fouiller la maison pour le moment puisque Thamara récupérait de ses nuits blanches passées à rafistoler Droopy... pardon, Derek Hale –  il fait toujours la gueule et il est un peu lent, ça peut porter à confusion – je pouvais au moins aller fouiller chez Deaton. Il était le demi-frère de ma mère et je savais qu'elle avait confiance en lui, peut être trouverais-je quelque chose d’intéressant dans sa clinique.

Je m'étais donc introduit sans aucun mal dans les lieux et ne perdant pas de temps, avais commencé immédiatement mes recherches, commençant par le comptoir en sorbier et son contenu pour ensuite passer dans la salle d'examen qui empestait les différents produits utilisés pour soigner ses patients et le poil de chien mouillé, un peu comme Thamara quand elle rentrait de chez les Hale en fait.

La clinique étant fermée à cette heure, je ne m'attendais pas vraiment à de la visite et étais occupé à chercher si mon oncle n'avait pas une planque dissimulée quelque part dans sa clinique quand une voix s'éleva de l'entrée. « Faut vraiment être un chien à l'agonie pour avoir de l'attention dans ce lieu ?? » demanda la voix. J'interrompis mes recherches, agacé que quelqu'un se soit permis de rentrer alors qu'il était clairement écrit sur la porte à l'entrée que l'endroit était fermé, ce qui était un comble étant donné que j'étais moi-même entré par effraction... En tout cas le meilleur moyen de passer inaperçu était encore de prétendre que j'avais lieu de me trouver ici. Je pris donc la direction du hall, passant la porte tout en disant. « Non, on accepte aussi les chats égarés et les lapins nains. »

Je rejoins le comptoir et m'arrêtais face à l'homme et son air aimable. « Je ne sais pas si vous avez remarqué mais nous sommes fermés. » lui fis-je remarquer, lui désignant l'écriteau sur la porte. « Et à moins que vous ne cachiez un hamster en plein colique dans votre poche, auquel cas je ne donne pas cher de votre poche, je pense que vous vous êtes trompé d'endroit. »
© Poupi
Revenir en haut Aller en bas

Messages : 113
Date d'inscription : 16/08/2014






MessageSujet: Re: Lead me from hell... Feat. Matthew   Ven 19 Sep - 20:39




Lead me from hell...
Feat. Matthew P. Gallager.

Il me fallait ce spécialiste du surnaturel et il devait accepter de m'aider, j'avais déjà prévue de me montrer le plus persuasif possible si jamais il se montrait réticent et cela impliqué un peu de violence, mais vous savez ce qu'on dit, on a rien sans rien dans ce monde. J'entendais du bruit dans l'arrière salle, comme si quelqu'un était littéralement en train de déménager, cependant après quelques secondes, je m'impatientais, voyant que personne ne venait à ma rencontre et je décidais de faire savoir haut et fort que j'étais ici. Un type passa alors derrière le comptoir... un type jeune, un peu trop jeune d'ailleurs... il devait avoir une vingtaine d'années et il n'était pas du tout comme je m'étais imaginé ce fameux vétérinaire spécialiste du surnaturel. Ignorant alors parfaitement sa réplique, je le regardais de la tête au pied avec un air à la fois stupéfait et intrigué. Étrangement, je m'étais imaginé un homme d'un certain age... ou du moins un peu plus vieux que moi, mais pas un gamin à la réplique cinglante facile qui donne l'air d'avoir un age mentale encore plus bas que le miens. J'étais surpris, cependant je me repris vite, cessant de le fixer avec insistance pour me concentrer enfin sur ce qu'il me disait. J'esquissais un léger sourire en hochant la tête lorsqu'il me rappela que la clinique était sensé être fermé et je répondis : « Il se trouve que chez moi, quand la porte n'est pas verrouillé et qu'il y a de la lumière à l'intérieur, cela signifie que ce n'est pas fermé... » De toute manière, même si la porte avait été fermé, cela ne m'aurait pas empêché de forcer la serrure pour entrer... je suis du genre déterminé et quand je veux quelque chose, je l'obtiens peu importe comment. Sa réplique suivant m'arracha un léger rire... non vraiment ce gosse ne pouvait pas être le fameux Deaton, c'était juste impossible. Je relevais la tête en le fixant droit dans les yeux avant de répondre : « Je pense au contraire être au bon endroit, il se trouve que je cherche une personne qui m'a été recommandé par... un ami, et cette personne serait le propriétaire de ce lieu. » Je parlais calmement et parallèlement, j'avais commencé à faire les cents pas de long en large, faisant glisser mon doigt sur le comptoir en bois de sorbier et en profitant pour regarder tout les détails de la pièce qui m'entouraient.

A première vue, aucun doute que c'était une véritable clinique vétérinaire, le propriétaire devait donc en être réellement un, mais je savais qu'il était autre chose aussi et c'était plus ce cotés autre qui m'intéressait. Je m'arrêtais, fixant une affiche vantant les mérites d'un traitement anti-puce pour les chiens, laissant s'écouler quelques secondes de silence avant de finalement me retourner vers le jeune homme derrière le comptoir pour ajouter : « Il s'appelle Deaton, vous devez sûrement le connaître... il se trouve que j'ai deux ou trois questions d'ordre... animal à lui poser. Peut être pouvez vous m'indiquer ou je peux le trouver ?? » Je restais persuadé qu'il ne pouvait pas être ce fameux Deaton, c'était tout simplement impossible et si je me trompais, je pense que j'allais tué de mes propres mains le crétin qui m'avait envoyé ici... ce type était qu'un gosse, il ne pouvait sûrement pas m'aider et quand bien même, je restais sceptique à ce sujet. Je le fixais donc à nouveau droit dans les yeux, m'attachant aux détails et guettant ses réactions afin de savoir s'il me mentait ou s'il me disait la vérité, je n'étais pas très doué pour ça, c'est mon frère le psy de la famille, mais peut être que je pourrais m'en sortir... ça ne coûtait rien d'essayer. « Le sorbier est un choix étrange pour un comptoir de clinique... je dois dire que j'en suis assez étonné. » Le sous entendue était claire, s'il ne le comprenais pas, alors il n'était clairement pas la personne que je cherchais et ma visite aura été inutile... et je déteste perdre mon temps !!


© made by Ilyria

_______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Lead me from hell... Feat. Matthew   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lead me from hell... Feat. Matthew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hell Pix vous salue
» (F) Chelsea Kingsley Feat. Jaimie Alexander
» (M) Matthew Paxton Gallager Feat. Robbie Amell
» ≡ RAISE HELL. (supernatural, until dawn)
» VALENTINE'S DAY EST LÀÀÀÀÀÀ !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In Those Yellow Eyes :: Clinique Vétérinaire :: Bureau D'acceuil-