AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
/! Non, ceci n'est pas une réouverture, juste un petit lifting pour le plaisir des yeux de ceux qui passeraient encore de temps en temps sur le forum !! On pense toujours à vous ♥️♥️♥️ /! (d'ailleurs si l'envie vous prend, rejoignez nous : Rise From the Ashes)

Partagez | .
 

 What the hell are you ? The Smurfette ? • Catherina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité








MessageSujet: What the hell are you ? The Smurfette ? • Catherina   Ven 25 Juil - 2:19

What the hell are you ? The Smurfette ?

Cora Hale & Catherina A. Symons



Si j'avais pensé ne serait-ce qu'un instant que mon retour à Beacon Hills serait tranquille, que j'aurais le temps de me poser, de digérer... Et bien je m'étais trompée. Bon, les choses étaient rarement calmes à Beacon Hills, il faut dire ce qui est et de toute façon, j'étais déjà moi-même bien assez compliquée pour me mettre des bâtons dans les roues toute seule, comme une grande. Mais bon, il faut avouer que mon retour en lui-même avait été mouvementé... Et un peu forcé. Et non, Deucalion ne m'avait pas poliment demandé si j'étais prête à retrouver la ville de mon enfance quand lui et sa bande de fanatiques m'avaient enlevée au détour d'une ruelle de Los Angeles pour m'enfermer trois mois durant dans la salle des coffres d'une vieille banque pour m'offrir des retrouvailles on ne peut plus mouvementées avec mon frère.

Mais mes histoires personnelles n'étaient pas le sujet actuellement. Le sujet, c'était Nathan, le fils de celui là même qui m'avait enlevée et qui semait à présent le trouble à Beacon Hills. C'est tout naturellement que j'avais contacté Nathan après ma captivité, afin de l'informer des activités de son frère et du fait qu'il se trouvait à Beacon Hills. Qui était Nathan me direz-vous ? Et bien je vous répondrais qu'il est mon ex (quoique nous n'avions pas encore eu l'occasion de mettre les choses au clair de ce côté là...) mais surtout, qui est le fils de Deucalion et certainement la personne dans ce monde qui était la plus déterminée à se débarrasser de l'Alpha.

Je le savais en ville, il m'avait informée de son arrivée et nous avions fini par nous donner rendez-vous la nuit dernière auprès du lac le long des berges duquel se trouvaient les ruines de la maison de son père. Ce serait plus simple de parler de tout ce dont nous avions à parler – et nous avions de quoi faire ! - en face à face plutôt que par téléphone. Sauf qu'il ne s'était pas présenté. Ce n'était pas faute de l'avoir attendu, j'étais bien placée pour savoir qu'il était fréquent de devoir faire face à quelques contretemps et autres imprévus, mais Nathan n'était pas du genre à ne pas se tenir à sa parole. Si vraiment il n'avait pas pu venir pour quelque raison que ce soit, il m'aurait prévenue, envoyé un message, appelée... Mais rien, silence radio. J'avais même fait un détour par l'hôtel miteux dans lequel il logeait et avait trouvé sa chambre vide.

Je n'étais pas du genre à m'inquiéter pour Nathan pour des broutilles. Je savais qu'il était capable de se débrouiller tout seul. Mais ce silence complet ne me disait rien qui vaille, ce n'était vraiment pas son genre de me faire faux-bond de la sorte sans donner aucune explication. C'est donc tracassée que j'avais repris la route du loft, décidant tout de même d'attendre encore quelques heures avant de trop m'alarmer. La nuit fut toutefois agitée et entre ça et mon coucher tardif, je n'avais vraiment pas dormi beaucoup quand mon réveil retentit. Voyant que mon téléphone n'affichait toujours aucun message, à l'exception d'un message de Thamara qui m'informait qu'elle aurait besoin de moi un peu plus tôt le soir à la boutique, je laissai finalement place à l'inquiétude.

Après une douche rapide et un détour par la case cuisine, je filai pour les cours à pieds, comme à mon habitude et me moquant royalement d'être en retard en cours de maths, décidais de refaire un détour par le motel. Aucun bruit dans la chambre, et je ne décelais aucune odeur qui m'informerait d'un passage récent de Nathan. Autant vous dire que quand avec 20 bonnes minutes de retard j'étais rentrée avec un air des plus aimables dans la salle de classe, je n'avais pas la tête à me plonger dans de quelconques fonctions ou autres équations. Je ne fus guère plus productive durant le cours d'Anglais qui suivit, l'esprit trop préoccupé pour me concentrer sur l'analyse de ce fichu bouquin. Quand enfin la sonnerie résonna, annonçant l'heure du déjeuner, je fus la première sortie de la salle avec la ferme intention de ne pas assister aux cours de l'après midi. A quoi bon, vu que je n'avais pas écouté un traître mots de ceux auxquels j'avais déjà assisté, plus occupée à essayer de démêler ce qui pouvait bien en être de Nathan.

J'étais à mon casier en train de récupérer quelques affaires quand mon regard tomba sur un visage connu. Enfin, connu... C'était un grand mot. J'avais déjà vu cette fille dans le lycée sans jamais aller lui adresser la parole et j'avais d'ailleurs été surprise de la voir ici... Et surtout en parfaite santé. Catherina – Cath, comme l'appelait Nathan. Avant qu'elle ne débarque à Beacon Hills, je l'avais déjà aperçue et ce, sur un lit d'hôpital. Et il s'avérait qu'elle était une amie de Nathan.

Je fermai d'un coup sec mon casier, faisant sursauter les deux filles en train de discuter juste à côté, avant de me diriger à grand pas vers la jeune femme alors que celle-ci commençait à s'éloigner. Je la rattrapai sans mal, bousculant au passage un joueur de Lacrosse qui jouait au malin et avait lui-même déjà bousculé nombre de nos camarades, avant d'attraper la jeune femme par le bras pour la faire se retourner vers moi. Oui, j'avoue c'était peut être un peu trop direct comme approche, mais j'avais d'autres choses en tête en ce moment que les bonnes manières et la courtoisie. « Excuse-moi, tu es Catherina c'est ça ? Une amie de Nathaniel Lewis? » demandai-je. Oui, mieux valait être sure avant de la bombarder de questions quand même... Je n'étais pas la reine de la courtoisie, certes, mais je n'étais pas non plus une idiote. Même si je ne comptais pas aborder le sujet loup-garou et compagnie avec elle de toute façon, je n'allais tout de même pas déballer ma vie à quelqu'un qui ignorait complètement de qui je pouvais bien parler.


© Meg'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Catherina A. Symons
Pretty Little Smurfette


Messages : 259
Date d'inscription : 16/04/2014






MessageSujet: Re: What the hell are you ? The Smurfette ? • Catherina   Jeu 31 Juil - 21:15



Cora Feat. Catherina
« What the hell are you ? The Smurfette ? »

En me levant ce matin, j'ai rapidement compris que la journée n'allait pas être terrible... mal de tête, mal à la gorge, fièvre, et toux, j'avais sûrement attrapé un rhume, voilà ce qu'on gagne à se retrouver entre deux loups garous en furie au milieu d'un lac froid et sûrement plus pollué que tout les lacs aux alentours de Tchernobyl. Ma mère avait un peu paniqué, depuis ma sortis de l’hôpital elle avait fait tout son possible pour que je n'attrape rien et je n'avais pas été une seule fois malade, elle avait insisté pour que je n'aille pas en cours, cependant j'avais un devoir important à rendre et je me voyais mal rester toute la journée chez moi à tourner en rond comme si j'étais mourante, cela me rappellerait trop de mauvais souvenir. J'avais donc réussis à obtenir gain de cause et après avoir mis plusieurs paquets de mouchoir dans mon sac, j'étais partis en cours. Mon mal de tête ne s'était pas arrangé, j'avais pris des cachets, cependant ça ne voulait pas passer et je me disais que ça ne passerait sûrement pas tant que je serais malade. La dernière fois que j'avais eu un rhume... je devais avoir cinq ans, et cette fois ci c'était aussi la faute de Nathaniel si je me souviens bien... il avait insisté pour qu'on aille jouer dehors alors qu'il pleuvait à plein temps et du coup j'avais été malade et à cette époque je ne m'étais même pas posé la question de savoir pourquoi lui n'avait pas été malade... maintenant je comprenais mieux. Il devait sûrement bien se porter de son cotés... en plus avec la chaleur qu'il faisait à cette époque de l'année, et la fièvre, j'avais chaud comme jamais du coup j'étais habillé le moins possible tout en sachant que ce n'était pas prudent... je savais qu'il y avait plus de loups garous dans ce lycée que je ne le pensais, donc je prenais des risques, mais j'étais incapable de supporter une veste. Toute façon je devais avoir une tête qui faisait peur car personne n'osa m'approcher de peur d'être contaminé et puis c'est pas comme si j'avais beaucoup d'amis déjà en règle générale.

A l'interclasse, j'allais à mon casier pour ranger les livres dont je n'avais plus besoin et prendre ceux qui allaient m'être utile pour les prochains cours, je pouvais entendre les deux filles quelques casiers plus loin qui parlaient au sujet d'une élève et elles étaient pas tendre à son sujet... Je levais les yeux au ciel, ces filles doivent vraiment avoir une vie merdique pour avoir autant de temps à perdre pour casser du sucre sur le dos des gens qu'elles n'aiment pas. Je refermais alors la porte de mon casier, mes livres en mains et tournais les talons pour me diriger vers ma salle de classe mais à ce moment, une main se referma sur mon bras et me stoppa net. Je le ressentis avant de le voir, le frisson qui se produisait chaque fois que j'étais en contact avec un loup garou et la surprise me fit lâcher mes livres qui tombèrent à terre. Je me retournais, surprise et un peu paniqué aussi vers la fille que je ne connaissais pas du tout et qui me demandait du but en blanc si j'étais Cath, l'amie de Nathaniel... sans lui répondre, mes yeux passèrent des siens à mon bras, à l'endroit ou elle avait encore sa main et ou les marques commençaient déjà à se rependre... je jetais un coup d’œil autour de nous pour m'assurer que personne ne voyait ça et je dégageais d'un coup sec ma bras de sa poigne avant de me baisser pour ramasser rapidement mes livres et dire d'un ton pressant : « C'est moi, mais je dois filer je suis en retard... » je ne savais pas comment faire, je n'avais pas de veste, celle ci se trouvait dans mon casier et je ne pouvais pas y retourner, il fallait que je me mette à l'abri des regards le plus rapidement possible avant que quelqu'un ne voit ces marques suspecte... je me dirigeais donc rapidement vers les toilettes les plus proche en priant pour qu'il n'y ai personne dedans... si cette fille, enfin cette louve voulait vraiment me parler, elle devrait me suivre, mais j'étais pas sur de devoir lui faire confiance... elle avait l'air de connaître Nathaniel, mais rien ne me prouvait qu'elle ne lui voulait pas du mal et d'ailleurs, vue comment nous nous étions quitté la veille, je ne pensais pas pouvoir l'aider à son sujet.  
© Ilyria

_______________________________

I dream of a stairway to the skies my angel is coming down from heaven to take me I reach out but then you fade away whenever you call for me know that I'm only one step behind...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://closedge.forums-actifs.com/
Invité
Invité








MessageSujet: Re: What the hell are you ? The Smurfette ? • Catherina   Mar 5 Aoû - 2:21

What the hell are you ? The Smurfette ?

Cora Hale & Catherina A. Symons



Non, je n'étais pas très délicate. Il faut dire qu'en même temps, j'étais un peu inquiète et n'avais pas vraiment envie de m'attarder. Si Nathan avait des problèmes, je ne voulais pas attendre trois plombes pour faire quelque chose. Quoi, je n'en savais encore rien, mais j'essaierai. Il comptait pour moi et je n'étais pas du genre à laisser un ami dans la merde sans essayer de faire quelque chose. Il me fallait juste une piste, n'importe laquelle, juste un moyen de savoir par où commencer, où chercher... Ou même la confirmation que tout allait bien et qu'il avait simplement eu autre chose affaire, ce qui serait bien mieux mais dont je doutais franchement. Pas que je m'imagine être le centre de son monde, quelqu'un à qui jamais ô grand jamais il ne ferait faux-fond, pas du tout. Ça n'était pas son genre, c'est tout, avec moi ou avec qui que ce soit d'autre. Et à défaut d'avoir pu trouver une piste pouvant me mener à lui en ville ou une explication plausible à cette soudaine disparition, je pouvais au moins me tourner vers la seule personne qui était susceptible de l'avoir vu ou d'avoir eu des nouvelles. Catherina était importante pour lui.

Mon approche avait donc été directe. Je n'aimais pas tourner autour du pot, à quoi bon cela pouvait bien être sinon à perdre un temps bien trop précieux ? Toutefois si je m'attendais à une rebuffade due à ma grande délicatesse légendaire, je ne m'attendais pas à ce qui se produisit : elle lâcha les livres qu'elle avait en main et là où ma main avait agrippé le bras de l'humaine, sa peau s'était mit à luire d'une lueur bleue.

« C'est moi, mais je dois filer je suis en retard... » dit-elle d'un ton pressant, se libérant de ma poigne pour récupérer ses livres et commencer à s'éloigner. Un peu sur le cul, ne m'étant pas vraiment attendue à ce que la petite humaine amie de Nath soit une espèce de luciole étrange, il me fallu une seconde pour percuter et lui emboîter le pas, me frayant un chemin à travers la foule d'autres élèves pour la suivre en direction de ce qui s'avéra être les toilettes. Une autre fille s'apprêtait à y entrer à sa suite mais je l'attrapai par le col de son t-shirt et la tirai en arrière sans le moindre ménagement. « Désolée, envie pressante. » me justifiai-je avant de lui fermer la porte au nez. Un court instant me suffit pour m'assurer que personne d'autre que Cath et moi-même ne se trouvait là. Sans lui demander son avis, je m'emparai du classeur que tenait la jeune fille et le coinçait sous la porte d'entrée des toilettes en guise de cale improvisée. Un bon coup de pied suffit à le coincer. Bon, je ne garantissais pas la survie du dit classeur mais après vérification, je peux vous assurer que personne n'ouvrirait la porte.

« Ok premièrement, t'es quoi ? Une schtroumpfette géante radioactive ?  » demandai-je, observant son bras que j'aurais toujours pu voir si j'avais éteint la lumière et ce même si je n'avais pas eu les sens d'un loup garou. « Et deuxièmement, quand est-ce que tu as vu Nathan pour la dernière fois ? Ou même eu de ses nouvelles, n'importe quoi? » demandai-je. Il ne fallait pas non plus que cet incident lumineux me fasse perdre le Nord.

J'étais bien placée pour savoir que quelques minutes pouvaient faire une grande différence. Si j'avais remarqué la présence des chasseurs quelques minutes plus tôt, ma famille n'aurait pas été décimée dans un enfer de flamme. Ceci est l'exemple le plus flagrant mais je suis certaine que je pourrais vous en sortir un bon paquet si je me donnais l'occasion d'y réflechir. Sauf qu'entre la luciole et la disparition de Nathan, j'avais un peu autre chose à faire.  


© Meg'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Catherina A. Symons
Pretty Little Smurfette


Messages : 259
Date d'inscription : 16/04/2014






MessageSujet: Re: What the hell are you ? The Smurfette ? • Catherina   Sam 16 Aoû - 19:13



Cora Feat. Catherina
« What the hell are you ? The Smurfette ? »

Cette situation était des plus embarrassante... je me souvenais des paroles de Nathaniel... si les loups garous venaient à découvrir mon existence et le fait que j'étais capable de les identifié d'un simple touché, ils voudraient me voir morte pour être sur que je ne tombe pas entre les mains des chasseurs... c'était compréhensible, mais pour le coup je n'avais pas pensé qu'il y en aurait autant dans ce lycée. A croire que cette ville était le centre de gravité de tout les loups garous de ce monde, ou peut être simplement qu'ils étaient bien plus nombreux que ce que je pensais. Je les avais toujours vue comme une race rare, quelque chose qu'on ne voit pas tout les jours, mais j'avais sûrement eu tord, étant donné que mon meilleur ami s'était avéré en être un et que ses amis avaient aussi l'air d'en être !! J'avais pas la moindre idée de qui était cette fille, tout ce que je savais c'est qu'elle connaissait Nathaniel et qu'elle était pas du genre poli ou encore délicate... dans le monde des humains c'est assez mal poli de toucher une autre personne sans sa permission et encore plus de lui attraper le bras sans le moindre ménagement surtout quand on cherche des informations de cette personne et donc sa coopération. Mais bon, le mal était fait et je ne pouvais rien faire pour arrêter la progression des marques, il fallait que j'attende et que je m'éloigne d'elle, car plus je serais prêt, plus les marques allaient progresser. Je ramassais donc mes livres en vitesse avant de répondre à sa question et de me dérobé, je ne sais pas si c'était une chance, mais elle avait vue les marques et cela m'avait fournis la diversion qu'il fallait pour que je puisse partir sans qu'elle ne m'intercepte. Je sais pas trop ce que j'avais imaginé, peut être qu'elle en resterait là... mais j'avais tords. Elle entra en trombe dans les toilette à ma suite et je me retournais juste à temps pour la voir expédier une autre fille qui avait voulu se joindre à nous... cette fille était clairement violente et j'avais aucune envie de me retrouvé coincé avec elle dans ces toilettes... mais je n'avais pas le choix, elle referma la porte et m'arracha mon classeur des mains pour bloquer cette dernière. Instinctivement je me reculais jusqu'à ce que mon dos heurte le mur et que je sois définitivement coincé... il ne me restait plus qu'à espéré qu'elle était une amie de Nath et pas juste une connaissance se foutant de tuer sa meilleure amie...

Elle s'adressa à moi, sur un ton toujours aussi pressant, me demandant si j'étais une sorte de schtroumpfette géante radioactive... je fronçais les sourcilles, surprise par ce terme avant de me contenter de secouer la tête négativement... je ne voyais pas ce que je pouvais dire, je ne suis qu'une humaine victime d'un effet secondaire indésirable, mais Nath m'avait fait juré de ne jamais raconté à personne ce qu'il avait fait pour me sauver, donc je ne pouvais rien dire. Sa deuxième question était plus simple à comprendre et aussi à répondre... ma voix tremblait légèrement mais je réussis quand même à me lancer dans une réponse concrète : « Euh... hier soir, enfin cette nuit... au parc, je n'ai pas eu de nouvelles depuis mais on ne s'est pas quitté en très bon terme... » Je repensais à ses paroles dure et aux choses assez méchantes qu'il m'avait dites... Je reniflais, ne voulant pas sortir de mouchoir et me montrer encore plus faible que je ne l'étais déjà devant cette inconnue, mais après quelques secondes de réflexions je demandais à mon tour : « Il se passe quelque chose ?? Est ce qu'il va bien ?? » J'étais en colère après lui, il m'avait prise pour une idiote en pensant que j'allais boire ses paroles de la veilles et tout gober sans me poser de question, mais jamais je ne pourrais souhaiter qu'il lui arrive quelque chose de mal, c'était mon meilleur ami, et je tenais à lui plus qu'à quiconque d'autre !! Du coup, devant l'air soucieux de la fille, mon coeur s'emballa un peu et je me surpris à me dire que j'avais peut être été bête de le laisser en plan la nuit dernière... mais alors que j'allais ajouter quelque chose, une douleur vive me traversa la poitrine, je lâchais un cri légèrement étouffé en mettant une main contre ma poitrine... je connaissais cette sensation je l'avais déjà vécue, mais je ne devrais pas la revivre... ça ne se pouvait pas... et pourtant c'était bien ça, j'étais en train de faire une crise cardiaque. Main sur la poitrine, je me tordais en deux, serrant les dents pour ne pas hurler de douleur alors que la sensation traversait mon corps tout entier.
© Ilyria

_______________________________

I dream of a stairway to the skies my angel is coming down from heaven to take me I reach out but then you fade away whenever you call for me know that I'm only one step behind...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://closedge.forums-actifs.com/
Invité
Invité








MessageSujet: Re: What the hell are you ? The Smurfette ? • Catherina   Lun 18 Aoû - 22:01

What the hell are you ? The Smurfette ?

Cora Hale & Catherina A. Symons



A ma question plutôt étrange je dois l'admettre sur les étranges lignes lumineuses apparues sur son bras, Cath répondit par la négative d'un signe de la tête, sans se lancer dans davantage d'explications. Je ne posais pas de questions, clairement préoccupée par autre chose. Elle pouvait bien jouer les guirlandes de Noël tant que ça lui chantait, ça n'était pas mon problème après tout même si je lui conseillerais vivement de se couvrir car on dira ce qu'on voudra des yeux luisant jaunes, bleus ou rouges de mon espèce, c'était tout de même plus discret que son petit problème de lumière.

A ma seconde question concernant Nathan, j'obtins une réponse plus concrète. « Euh... hier soir, enfin cette nuit... au parc, je n'ai pas eu de nouvelles depuis mais on ne s'est pas quittés en très bon terme... » m'annonça-t-elle. Peu avant que je ne doive moi-même le rejoindre en somme, ce qui faisait d'elle certainement la dernière personne à l'avoir vu. Mon ton pressant et mon inquiétude croissante devaient avoir suffit à inquiéter Catherina malgré la dispute de la nuit dernière qu'elle avait évoquée car elle me demanda « Il se passe quelque chose ?? Est ce qu'il va bien ?? »

« J'aimerais bien le - » commençai-je avant d'être coupée par un petit cri de Cath et le son inquiétant et anormal des battements de son cœur que je devais avoir cherché inconsciemment, parfaitement au courant de ses soucis de santé, bien qu'ils se soient mystérieusement envolés. La voyant se plier en deux, j’accourus auprès d'elle pour la soutenir. A mon contact, les lignes lumineuses parcourant son bras s'étendirent mais je n'en avais que faire. Je la soutins juste assez pour l'aider à s'asseoir sur le sol, lui laissant la liberté de s'allonger si c'est comme cela qu'elle se sentait le mieux.

Tandis que je l'aidais du mieux possible car contrairement à Nathan, je n'étais pas médecin, mon cerveau tournait à 100 à l'heure. Elle allait bien jusque là. Je l'avais vue dans les couloirs, en parfaite santé alors qu'il y a quelques mois seulement elle était mourante sous un lit d'hôpital. Cette guérison miraculeuse ne pouvait pas être un miracle, quoi qu'il se soit passé, j'avais l'intime conviction que cela avait un lien avec Nathan, ce qui ne fit que renforcer mon inquiétude tant pour lui que pour Catherina.

Sans un mot, je pris sa main dans la mienne sans lui laisser le choix, lui ôtant un peu la douleur qu'elle ressentait et sentant du même coup ma propre poitrine se serrer, comme si l'espace de quelques secondes je ressentais moi-même les effets de son malaise. La chose la plus sensée à faire aurait été d'appeler des secours, sauf que comment étais-je censée expliquer à qui que ce soit la lumière bleu qui parcourait sa peau, s'étendant un peu plus à chaque seconde tandis que je marmonnais, mêlant jurons et paroles se voulant rassurante, tendant l'oreille à l’affût des battements de son cœur. Sans lâcher sa main, continuant de temps à autres d'apaiser sa douleur autant que je le pouvais, je commençai à sortir mon téléphone de ma poche avec la ferme intention d'appeler Thamara. « Tiens bon, ok ? » lui dis-je tout en cherchant le numéro de Thamara de ma main libre. Elle aurait certainement une idée de ce qui se passait et de ce que j'étais sensée faire et elle était surtout mon dernier recours avant que je ne doive appeler les secours tout en priant pour que les marques bleues disparaissent avant leur arrivée.  


© Meg'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Catherina A. Symons
Pretty Little Smurfette


Messages : 259
Date d'inscription : 16/04/2014






MessageSujet: Re: What the hell are you ? The Smurfette ? • Catherina   Jeu 21 Aoû - 20:15



Cora Feat. Catherina
« What the hell are you ? The Smurfette ? »

Cette sensation était horrible et il me fallut quelques instants pour me rendre compte que ce n'était pas ce à quoi j'avais pensé dans un premier temps, ce n'était pas une crise cardiaque, la douleur n'était pas juste dans ma cœur ou même dans ma poitrine, elle était partout, mon corps tout entier tremblait de douleur, c'était aussi bien dans ma tête, dans mon ventre, dans mes jambes que partout ailleurs. Je n'avais pas la moindre idée de ce qu'il se passait, mais cela m'inquiétait. De une, cette fille m'agressait presque pour savoir ou se trouvait Nath, de deux j'avais clairement sentis de l'inquiétude dans le sons de sa voix... je n'avais pas la moindre idée de qui elle était mais visiblement elle était inquiète pour mon ami, ce qui bien sur m'inquiétait aussi. Et pour finir, cette douleur qui me prenait comme ça d'un coup... je n'avais pas été malade une seule fois depuis ma guérison miracle, depuis que Nath m'avait fait dons d'une partie de lui même, et voilà que je me levais ce matin avec un rhume et j'avais maintenant cette douleur qui me traversait le corps de part en part, sortant de nulle part. Quelque chose ne tournait pas rond et la première chose qui me vint à l'esprit fut que ça avait un rapport avec lui. La fille s'était précipité vers moi, mais je sentais qu'elle était tout aussi dépassé que moi par la situation, nous ne pouvions pas faire appelles à des secours, les marques étaient de plus en plus grandes, et elles ne disparaîtraient pas avant un bon moment même si elle s'éloignait... Il ne me restait donc plus qu'à espéré que ça allait passé tout seul, et alors qu'elle me suppliait presque de tenir le coup, elle ne voulait sûrement pas que je lui claque entre les mains... elle aurait probablement du mal à annoncer cela à Nath, mon vœux fut exhaussé. La douleur commença à reflué, je ne le sentis pas vraiment au départ, mais plus les secondes passaient te la douleur devenait supportable, j'en profitais alors pour reprendre mon souffle en levant les yeux vers la jeune fille qui avait son téléphone à la main et essayait visiblement de chercher un numéro, sans prendre de gants, j'attrapais son poignet, l'arrêtant dans son geste et attendais qu'elle porte son attention sur moi pour lui dire le souffle court : « Nath... il se passe quelque chose... c'est lui, je... je sais pas comment... » Je ne savais pas comment l'expliquer, mais j'étais persuadé que cette douleur ne venait pas de moi, mais de lui...

Comme si mon corps puisait la force de vivre de lui... comme si c'était sa vie à lui qui alimentait la mienne et lorsqu'il se retrouvait affaiblis... cela m'affaiblissait également, ce qui expliquait que j'ai attrapais un rhume alors que je n'avais pas été malade une seule fois en plus de six mois... Ma théorie était franchement fumeuse et elle allait me prendre pour une folle, mais avant que je n'ai le temps de lui expliquer, la douleur revint d'un coup et j'étouffais un nouveau crie de douleur en me tortillant à terre... je savais que je devais éviter de hurler, que je ne devais pas attirer l'attention, nous étions au lycée et si les gens me voyaient dans cet état, s'en était finis pour moi, j'étais bonne pour passer le reste de mes jours dans un laboratoire à être observé. La douleur était plus intense encore que la première fois, mais j'arrivais à regarder la fille et à articuler quelques mots : « Trouve le... il faut... » Je n'arrivais pas à en dire plus, je ne savais pas du tout ce qu'il se passait pour Nath, mais s'il avait aussi mal que moi à cet instant, il allait falloir qu'elle le retrouve rapidement car même s'il était un loup garou, j'étais pas sur qu'il tienne longtemps comme ça...
© Ilyria

_______________________________

I dream of a stairway to the skies my angel is coming down from heaven to take me I reach out but then you fade away whenever you call for me know that I'm only one step behind...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://closedge.forums-actifs.com/
Invité
Invité








MessageSujet: Re: What the hell are you ? The Smurfette ? • Catherina   Jeu 28 Aoû - 23:55

What the hell are you ? The Smurfette ?

Cora Hale & Catherina A. Symons



Je n'étais pas médecin. Je n'étais pas non plus druide et je n'avais franchement pas la moindre idée de quoi faire. Appeler l'infirmière, les services d'urgence auraient été la chose la plus logique à faire, et c'est ce que je n'aurais fais... SI les lignes bleues n'avaient jusque là couvert que son bras, elles ne cessaient de s'étendre et je ne voyais pas comment je pourrais expliquer ça à qui que ce soit. Je ne comprenais déjà pas trop moi-même, même si j'avais l'intuition que cela avait à voir avec Nathan d'une manière ou d'un autre.

J'avais donc décidé, en dernier recours, de téléphoner à Thamara. Je ne voyais pas vraiment vers qui d'autre je pourrais bien me tourner. J'en étais à chercher frénétiquement le numéro de ma meilleure amie quand Cathy se saisi de mon poignet, arrêtant mon geste. Elle semblait reprendre du poil de la bête et bien décidée à en profiter pour me dire quelque chose. « Nath... il se passe quelque chose... c'est lui, je... je sais pas comment... »  souffla-t-elle, ne faisant que confirmer mes doutes. Je ne saurais mettre le doigt exactement sur ce qu'il y avait entre eux deux.

Je n'avais de toute façon pas vraiment le temps d'y réfléchir convenablement car déjà, la douleur sembla faire son retour. Je la vis étouffer un nouveau cri de douleur et se tortiller sur le sol, ce dont je lui étais reconnaissante. Je n'avais pas la moindre envie de la voir rameuter tout le lycée dans les toilettes afin qu'ils assistent au spectacle. Sans un mot, je pris sa main dans la mienne et mes veines prirent une couleur noire, signe que je faisais une fois de plus usage de mon pouvoir dans l'espoir de la soulager un peu, ne serait-ce que temporairement. « Trouve le... il faut... » parvint-elle à articuler malgré la douleur. « Je vais le trouver. Mais d'abord, je dois te sortir d'ici sans que qui que ce soit ne te vois dans cet état » répondis-je, tendant l'oreille. Les couloirs n'étaient pas encore vides, mais ça ne devrait plus tarder. Les autres élèves allaient retourner en cours, nous laissant ainsi la possibilité de nous éclipser.

« Tiens, mets-ça, je vais t'aider. » dis-je, me débarrassant de ma veste. Je l'aidai à se redresser tant bien que mal à à l'enfiler, dissimulant ainsi du mieux possible les marques bleues. Ce serait un problème de moins si jamais nous croisions quelqu'un. Dans les couloirs, les autres élèves du lycée avaient commencé à réintégrer les salles. J'attendis quelques instants avant de me lever, décoinçant la porte afin de vérifier que la voie était libre pour ensuite revenir auprès de Catherina. « Ok, on y va. Viens là. » dis-je, l'aidant à se lever.J'aurais pu la porter, je n'en aurais eu aucun mal, mais je craignais que la vue de moi, qui n'était ni très grande ni très robuste en apparence, en train de porter Cathy à travers le lycée risquerait de soulever pas mal de questions. Je préférai donc m'abstenir.

Une fois la jeune femme sur ses pieds, je passai son bras au dessus de mes épaules et entrepris de l’entraîner hors des toilettes, priant pour qu'elle ne nous pousse pas un hurlement au beau milieu du couloir, ce qui aurait gâché un peu le côté discrétion de la chose. « Ne hurle pas ok ? Tu pourras hurler autant que tu voudras dans ma voiture, mais pour l'instant va falloir que tu serres les dents. » lui demandai-je, jetant un coup d’œil à l'angle du couloir menant à la porte de sortie la plus proche .


© Meg'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Catherina A. Symons
Pretty Little Smurfette


Messages : 259
Date d'inscription : 16/04/2014






MessageSujet: Re: What the hell are you ? The Smurfette ? • Catherina   Ven 19 Sep - 20:59



Cora Feat. Catherina
« What the hell are you ? The Smurfette ? »

La douleur était intense, c'était comme si des milliers de volts me traversaient le corps encore et encore... j'en étais presque arrivé à prier pour que tout s'arrête, pour que ça en finisse, mais chaque fois que la douleur s'estompait quelque peu, cela ne durait que quelques secondes avant que ça ne reprenne de plus belle encore plus fort et plus intense. Je n'avais pas compris dans un premier temps, mais en voyant les marques bleutés sur mes bras devenir plus intense que d'habitude, j'avais finis par comprendre. Certes, la fille était un loup garou et elle avait ses mains posé sur moi, mais je n'avais jamais vue les marques briller autant et aussi fort... même lorsque Nathaniel me touchait. J'avais donc fait le rapprochement et compris que c'était lui, le problème venait de lui, ou qu'il soit et quoi qu'il fasse, il devait sûrement se passer un truc grave. Je tentais alors de mettre la fille en garde, la suppliant presque de partir à sa recherche et de me laisser là... cependant elle n'en avait pas l'intention et quelque part je lui en étais reconnaissante même si elle perdait du temps. Je vis les veines sur ses bras devenir noir, ça faisait la même chose qu'avec Nath, sauf que quand lui le faisait, ça faisait disparaître les marques bleus, or là ça ne faisait rien disparaître, ça apaisait juste légèrement la douleur, la rendant plus supportable. Elle voulait me sortir d'ici, dans un premier temps, l'idée me vint de refuser, de lui demander de partir tout de suite à la recherche de mon ami, mais à bien y réfléchir, j'avais besoin d'aide, je ne savais pas quand cette douleur allait cesser, quand les marques allaient s'estomper et donc quand je pourrais sortir de ces foutue toilettes. Dans tout le cas, j'étais dans une sacrée merde et j'avais besoin de son aide, même si cela me faisait me sentir vraiment mal par rapport à Nath et au fait que par ma faute, cette fille allait prendre du retard. Elle retira sa veste et le la tendis, je l'enfilais tant bien que mal, serrant les dents pour retenir mes gémissements de douleur, elle se dirigea vers la porte pour la débloquer avant de l'ouvrir et vérifier qu'il n'y avait personne dehors, par chance les cours avaient commencé et du coup tout le monde devait être en classe. Elle revint alors vers moi pour m'aider à me relever, j'acceptais son aide, m'appuyant contre elle et la laissant me guider en dehors des toilettes dans les couloirs.

La douleur s'intensifia d'un coup et je me tordis en deux, poussant un léger gémissement que je retins du mieux que je pouvais alors qu'elle me demandait de ne pas hurler... j'essayais, mais ce n'était pas facile du tout... je respirais de manière saccadé mais je réussis à me redresser et à reprendre ma marche vers la sortis du lycée, mais au même moment des bruits de talons aiguille claquant au sol se firent entendre juste devant nous, une personne arrivait droit dans notre direction et n'allait pas tarder à tourner à l'angle pour nous tomber directement dessus. J'étais sur qu'elle avait entendue aussi, sûrement même bien avant moi, mais dans le doute... « Il y a quelqu'un... » C'était sûrement un professeur vue les bruits de talons et si on se faisait prendre à être dans les couloirs pendant les cours, ça n'allait pas être cool pour nous, par ailleurs si le prof en question me voyait dans cet état, elle insisterait pour m'envoyer à l'infirmerie et il était hors de question que ça arrive et que l'infirmière voit ces foutue marque et me prenne pour un foutue monstre de foire. Non, j'étais décidé à sortir d'ici le plus rapidement possible sans nous attirer plus d'ennuis et permettant ainsi à la fille de pouvoir partir à la recherche de Nathaniel au plus vite. Je regardais donc autour de nous, cela me donnait une occasion d'ignorer un peu la douleur ce qui n'était pas une mauvaise chose bien au contraire, et je repérais un placard à balaie juste sur notre droite. Je marchais donc vers, l’entraînant avec moi puisqu'elle me soutenait toujours, et je tournais la poignet en priant pour que ce ne soit pas verrouillé, cependant j'avais beau tourné, cela refusait de s'ouvrir... je poussais donc un soupir de frustration avant de me tourner vers la fille pour lui dire d'un ton suppliant : « Tu ne peux pas faire quelque chose ?? » Je savais qu'elle était forte, j'avais vue Nathan se battre... elle devait sûrement être capable de venir à bout de cette serrure, sinon on était fichue.
© Ilyria

_______________________________

I dream of a stairway to the skies my angel is coming down from heaven to take me I reach out but then you fade away whenever you call for me know that I'm only one step behind...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://closedge.forums-actifs.com/
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: What the hell are you ? The Smurfette ? • Catherina   

Revenir en haut Aller en bas
 

What the hell are you ? The Smurfette ? • Catherina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hell Pix vous salue
» ≡ RAISE HELL. (supernatural, until dawn)
» Porcelain Heart. "Hell is empty and all the devils are here"
» Failling Into Hell•
» We are each our own devil, and we make this world our hell.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In Those Yellow Eyes :: Beacon Hills High School :: Les Couloirs-